Vie Politique et Philosophique Index du Forum
Vie Politique et Philosophique
Forum en vue de débattre de l'actualité politique…Échanger les idées et les opinions en toute sérénité, loin du tumulte ambiant.
Répondre au sujet
Les animaux préféraient l’Union soviétique
Résistance


Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2014
Messages: 10
Localisation: Lille
Masculin
Point(s): 19
Moyenne de points: 1,90
Répondre en citant
PublicitéSupprimer les publicités ?
 





Les chocs socio-économiques qui ont suivi l’effondrement de l’Union soviétique ont eu des effets particulièrement inattendus. Un groupe de chercheurs a publié dans la revue scientifique Conservation biology une étude portant sur les grands mammifères de Russie. Il ressort que ces derniers ont payé un lourd tribut depuis l’effondrement du bloc de l’Est. Les auteurs mettent en avant les activités croissantes du braconnage et une érosion palpable de la protection de la faune.


Les dix scientifiques menés par Eugenia Bragina, qui a enseigné successivement pour l’université Lomonosov de Moscou et l’université du Wisconsin-Madison, ont ainsi analysé les tendances de la population de huit grands mammifères de Russie entre 1981 et 2010, une période charnière à l’Est. « Nous avons montré que la population des sangliers, des ours bruns et des élans avait commencé à diminuer au début des années quatre-vingt-dix ».


« Ces trois espèces sont très différentes et ont des exigences qui leur sont propres en matière d’habitat », a ajouté la chercheuse à la BBC. Les élans apprécient les forêts alors que les sangliers cherchent plutôt leur nourriture dans les champs. Ce n’est donc pas la dégradation d’un milieu en particulier qui est la cause de la baisse du nombre des grands mammifères.


Eugenia Bragina a ajouté que « la seule espèce à avoir bénéficié de la situation était les loups ». Les incitations destinées à les chasser ayant été abandonnées après 1991, sa population a augmenté de 150 % durant la décennie suivante. L’équipe de la chercheuse laisse penser que cette situation a probablement contribué au déclin des élans. La nature a horreur du vide…


La seconde partie de l’étude, commencée dans les années 2000, n’est pourtant pas entièrement négative. Les scientifiques ont mis en avant que la population de sangliers est aujourd’hui plus importante qu’en 1991. Au milieu des années quatre-vingt-dix, elle avait pourtant perdu la moitié de ses membres. Il s’agit cependant d’une espèce qui a trouvé de nouvelles sources de nourriture ces dernières années, montrant ainsi une forte adaptabilité à son environnement. D’autres espèces semblent récemment connaître des jours meilleurs, comme le cerf. Mais d’autres, telles que le lynx eurasien, sont sérieusement en péril.


Eugenia Bragina et son équipe ont mis pour la première fois en évidence les impacts d’un choc politique et économique sur la biodiversité.  « Quand cela arrive, on ne prête pas attention à ce qui se passe dans la nature », conclut la scientifique. « Et lorsque la pauvreté augmente comme ce fut le cas en Russie dès le début des années quatre-vingt-dix, il n’y a plus de ressources pour gérer l’environnement. Je crois que c’est le moment d’accorder une attention particulière à la préservation de l’environnement. Sinon, on ne pourra que constater que d’importantes espèces emblématiques sont en voie de disparition ».



Capitaine Martin



Edit Admin : dernière fois que je rappelle que ce site n'est pas une plateforme de référencement ni un agrégateur de liens.
Pas de liens vers les sites personnels et surtout pas à chaque message alors qu'il n'y a pas de participation active car dans ce cas, ce n'est même plus de la publicité (qui n'est de toutes façons pas autorisée hors "Ads" ), mais du spam !
Seuls les liens vers des sites en adéquation avec le sujet de discussion est autorisée, et il est interdit de coller la totalité de l'article (sauf mention contraire de l'auteur).


Visiter le site web du posteur
Les animaux préféraient l’Union soviétique
Alain38


Hors ligne

Inscrit le: 13 Mar 2015
Messages: 51
Masculin
Point(s): 71
Moyenne de points: 1,39
Répondre en citant
Bonjour,
si on y réfléchit un peu cela n'a rien d'étonnant. La chute de l'URSS a entraîné:
  • Des problèmes d'échanges économiques ville/campagne. Les populations ont donc dû compenser en trouvant d'autres ressources, que ce soit alimentaires ou financières (vente des peaux, ou de fragments d'animaux à usage "pharmaceutique", etc.),
  • Des problèmes de contrôle des activités. La police c'est souvent retrouvée sans moyen (essence, argent, etc.) pour assurer ses missions,
  • Disparition probable aussi des "chasses privées" réservées aux apparatchiks, mais qui formaient aussi des "zones protégées".

Maintenant, que le situation semble commencer à s'inverser n'est pas non plus surprenant dans la mesure où Poutine recrée petit à petit tout cela, y compris les "chasses privées".


Les animaux préféraient l’Union soviétique
Contenu Sponsorisé


Les animaux préféraient l’Union soviétique
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure  
Page 1 sur 1  

  
  
 Répondre au sujet