Vie Politique et Philosophique Index du Forum
Vie Politique et Philosophique
Forum en vue de débattre de l'actualité politique…Échanger les idées et les opinions en toute sérénité, loin du tumulte ambiant.
Répondre au sujet
Le Forum de Saint-Pétersbourg: la postface
Martinez


Hors ligne

Inscrit le: 24 Juin 2016
Messages: 8
Masculin
Point(s): 15
Moyenne de points: 1,88
Répondre en citant
PublicitéSupprimer les publicités ?

Le Forum économique international de Saint-Pétersbourg s’est tenu du 16 au 18 juin 2016. Cette fois-ci il a étonné les Russes du pathétique, la communauté internationale par la représentation significative des politiques européens. Pour la première fois après l'annexion de la Crimée le forum était visité par les politiques occidentaux d'un tel niveau.
Les Russes étaient réjouis beaucoup de la présence du Premier ministre de l'Italie Matteo Renzi à la tête d’une délégation assez nombreuse. Il n’y a pas de secret pour personne en ce qui concerne les relations étroites entre les Italiens et les Russes, c'est pourquoi si haut statut de la délégation italienne n'est pas surprenant. Mais quand même l'intervention de M. Renzi a provoqué un certain perplexité des Européens. En particulier, sa déclaration au sujet de ce que l'Europe a pris la décision successive et coordonnée sur l’imposition des sanctions à l’encontre de la Russie sans quelque pression du côté des États-Unis paraissait plus aux excuses, que sur la confirmation de la position ferme des pays de l’UE en réponse aux actions agressives de la Russie. Il est vrai que le business européen était obligé de minimiser les relations commerciales avec la Russie, réduire les investissements et, en conséquence, subir les pertes. Et néanmoins les pays-membres de l’UE ont présenté la position consolidée et manifesté la fermeté à l'égard de l’imposition des sanctions, puisque dans ce cas il ne s’agit pas sur le profit d'un moment, mais sur la perspective à long terme, les valeurs et les principes européennes.
Comme on le sait, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a aussi participé au Forum de Saint-Pétersbourg et fait quelques déclarations fortes. Il a déclaré, en particulier, que malgré les sanctions on ne peut pas trancher les échanges économiques existés avec la Russie et accentué l'attention qu'il est nécessaire «de laisser la porte ouverte», et quand il y a des problèmes il faut se rencontrer et parler. Telles affirmations annulent dans une certaine mesure les efforts de l'Ouest de la modération de l'agression russe et donnent la possibilité aux politiques russes de les utiliser avantageusement, en exigeant la levée des sanctions.
Malheureusement, les tendances de la «coquetterie» des politiques européens avec la Russie se déroulent notamment au momment où il est nécessaire la solidarité de la communauté européenne sur la question de la prolongation des sanctions jusqu'au moment de l'exécution des accords signés à Minsk. C’est aussi la question de la sécurité de l'Europe.
L’intervention de Ban Ki-moon, le Secrétaire général de l'ONU, était aussi ambiguë. Il a déclaré, en particulier, que «la Fédération de Russie, en tant que le membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU, joue un rôle important dans la résolution des problèmes globaux». Ban Ki-moon a exprimé l'inquiétude sous le prétexte «de la rupture des liens entre les États» et a appelé l'Union Européenne «à refuser de «la construction des nouveaux murs».
Mais Ban Ki-moon n'a rien dit sur les raisons de «la rupture des liens» et, en particulier, sur la violation par la Russie des accords internationaux, des normes du droit international, sur l'annexion de la Crimée, l'agression militaire dans le Donbass. Le Secrétaire général de l'ONU n'a pas mentionné que la Russie, en tant que le membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU, bloque cyniquement l'adoption des décisions importantes, en se servant du droit de veto et en empêchant fonctionnement adequat de l'organisation. Alors, en effet la Russie diminue le rôle et l’importance de l'ONU, comme la structure internationale, qui doit contribuer au règlement des conflits internationaux.
Probablement, Ban Ki-moon croit sincèrement à ce que la Russie est prête à refuser les ambitions d'empire pour renouer des relations anciennes et la coopération effective avec l’UE. C’est pourquoi peut-être il a fait beaucoup d'attention pendant son intervention à la nécessité du renforcement des échanges économiques. Peut-être il espére sincèrement qu’une telle approche permettra de régler les conflits existants? Cependant il a probablement oublié que le développement de la coopération économique est possible seulement à condition du respect inconditionnel des normes du droit international par les États et d’une estime réciproque.
La communauté internationale se trouve dans la situation, quand il existe encore le danger de l'entraînement des autres États européens au conflit militaire allumé au centre de l'Europe. Donc elle attend que le Conseil de sécurité de l'ONU prend les décisons constructives. Malheureusement, cette organisation internationale importante présente seulement une impuissance … Mais cela confirme encore une fois que c’est le temps de réformer l'ONU. Le résultat des réformes – élaborations des leviers effectifs de la résistance à l'agresseur, puisque c’est la sécurité de tout le monde.


Le Forum de Saint-Pétersbourg: la postface
Contenu Sponsorisé


Le Forum de Saint-Pétersbourg: la postface
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures  
Page 1 sur 1  

  
  
 Répondre au sujet