Vie Politique et Philosophique Index du Forum
Vie Politique et Philosophique
Forum en vue de débattre de l'actualité politique…Échanger les idées et les opinions en toute sérénité, loin du tumulte ambiant.
Répondre au sujet
Elections 2017 non-événement ou très grand changement ?
GUERIN


Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2016
Messages: 631
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 190
Moyenne de points: 0,30
Répondre en citant
PublicitéSupprimer les publicités ?

A la une, Politique et économie

« Pour Jens Weidmann (Bundesbank), si les taux remontent, les dettes ne seront plus supportables ! » L’édito de Charles SANNAT


Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Message à toutes et tous ! Comme certains ont pu le constater, mon envoi hier a été souvent classé « phishing » ou « suspect »… Normal ! J’ai eu l’outrecuidance d’utiliser le mot « BNP » dans l’objet du mail associé au mot « sécurité »… Du coup, boum, censuré, pas envoyé ou reçu avec des clignotants rouges ! Tout devrait rentrer dans l’ordre… ou pas ! Sachez que si vous ne recevez pas votre lettre d’infos quotidienne, le site, lui, est bien mis à jour tous les jours ! Encore un immense merci à vous toutes et tous pour votre fidélité et votre bienveillance.

« Si les taux remontent, les dettes ne seront plus supportables » vient de déclarer Jens Weidmann, le gouverneur de ce qu’il reste de la banque centrale allemande… Et pourtant, ils vont monter !

Pas forcément en Europe dans un premier temps, mais aux États-Unis certainement. On vous servira pour justifier ces montées de taux un discours plein d’âneries sur le retour de la croissance, les risques du retour de l’inflation ou encore le retour du plein emploi et les tensions sur les salaires… Néanmoins, rien de tout cela n’est vrai. On vous enfumera derrière un écran de fumée pour vous cacher l’essentiel, et l’essentiel est assez simple.

Gagner du temps à tout prix !

Voilà le seul objectif possible ou cohérent. Je n’ose imaginer que la FED, la banque centrale US, ne relève ses taux vers des niveaux du genre 7 ou 8 % car si cela était fait, alors la seule et unique explication serait une volonté suicidaire d’effondrement économique.

Bien que le pire ne puisse jamais être exclu et que ceux qui nous dirigent peuvent avoir parfois des comportements à la limite de la psychopathie (pour ne pas dire plus), cette possibilité, vous m’avez compris, n’a pas ma préférence. D’ailleurs, depuis maintenant presque 4 ans, la FED annonce qu’elle va monter les taux sans jamais vraiment oser le faire.

Bref, gagner du temps. Voilà l’objectif. Or avec des taux 0 ou négatifs, on voit bien qu’économiquement on casse le prix maître de tous les autres prix, à savoir le prix de l’argent. Vous devez bien comprendre que tous, absolument tous les prix découlent du prix de l’argent, à commencer par vos choix d’investissement qui sont directement corrélés au prix de l’argent. Si vous pouvez emprunter pas cher et louer un appartement un peu plus cher, alors vous achèterez de l’immobilier. C’est la même chose pour les actions et, de façon générale, pour tous les choix d’investissements et de placements.

La conséquence la plus visible de l’argent gratuit c’est la constitution de bulles spéculatives dans presque toutes les classes d’actifs. C’est aussi l’absence totale de rendement qui finit par menacer la stabilité des banques et des compagnies d’assurance que ces mêmes taux bas étaient censés sauver. Bref, le remède devient dangereux.

Il faut donc monter les taux et accessoirement sauver aussi le système de retraite par capitalisation basé sur les rendements obligataires qui tendent donc vers 0.

Pourtant, le gouverneur allemand déclare que si on monte les taux, alors le système explose !



Et c’est également vrai, si l’on monte trop les taux, c’est tout le système qui explose car le système repose sur une pyramide colossale et instable de dettes et d’instruments dérivés de cette dette.

Il faut donc que les banques centrales tentent de trouver un équilibre précaire entre les non taux 0 , donc des taux a priori positifs, idéalement avec un poil d’inflation ce qui rendrait les taux « réels » proches de zéro, mais surtout pas trop hauts pour qu’ils ne mettent pas en péril le système financier et économique qui repose sur les dettes.

Des taux entre 1 et 2 % pourraient sans doute faire l’affaire, éventuellement 3 % mais guère plus. Pour mémoire, à 5 % ce sont presque tous les pays qui sont en faillite, y compris la France assise sur plus de 2 000 milliards d’euros de dettes. 5 % de 2 000 milliards, cela fait 100 milliards rien que pour les intérêts et c’est le double du plus gros budget de l’État, à savoir l’éducation nationale…

Oui les taux vont monter mais pas très haut ! Et voici ce qu’il va vraisemblablement se passer
.

Donc oui les taux vont monter, non ils n’iront pas bien haut ! Ils vont remonter assez doucement mais un peu plus vite que ce à quoi nous avons été habitués depuis 2014.

Les cours des actions risquent d’être chahutés, mais ils s’en remettront quand tout le monde finira par comprendre que les taux n’iront pas jusqu’au ciel ! La baisse sera comprise entre 10 et 20 % avec des pics de faiblesse, mais les discours rassurants viendront tempérer les débuts de panique.

L’immobilier ralentira d’un poil ou de deux car c’est le secteur le plus sensible, surtout aux États-Unis. En Europe, le resserrement n’est pas pour tout de suite et il y aura sans doute un délai de 18 mois avant que l’Europe ne monte ses taux comme les USA.

Cela veut dire que le dollar ne va pas s’effondrer. Il va s’apprécier, car les taux seront plus favorables aux États-Unis. Mais cela ne devrait pas non plus entraîner une fuite massive de capitaux car il y a un « coût » au risque de change et aux opérations de change. Il faut donc un différentiel de taux suffisamment important pour absorber ces coûts et rendre pertinent d’aller tous placer nos sous en dollars aux États-Unis.

La baisse de l’euro servira notre croissance et nos exportations, mais les importations seront un peu plus coûteuses, notamment le prix de l’énergie. Faites le plein de votre cuve à fioul pour l’hiver…

Les pays émergents vont souffrir, et les dollars risquent de revenir aux USA et de quitter l’Asie… mais les Américains s’en fichent un peu de la « douleur » économique des Chinois.

Comme nous arrivons vers une nouvelle étape de la crise et que nous nous dirigeons vers un nouveau moment de « récession », les autorités monétaires auront tous les prétextes pour justifier un cycle de hausse de taux d’assez faible ampleur.

Enfin, ces hausses de taux vont peser sur l’or évidemment et les matières premières. Ne paniquez pas ! Ce sera justement le moment de vous renforcer pour ceux qui font des achats réguliers, et de vous positionner pour ceux qui ne sont pas couverts par du métal jaune.

Ce sera sans doute le dernier grand mouvement baissier de l’or, car au bout du compte, tout le monde finira par se rendre compte que les taux négatifs tuent l’économie et que des taux plus élevés que 3 % tueraient l’économie également… Ce sera la fin de la grande fiction de la reprise, de la croissance, et de la croyance dans l’efficacité des banques centrales.

Il est déjà trop tard. Préparez-vous !

Charles SANNAT

« Insolentiae » signifie « impertinence » en latin
Pour m’écrire charles@insolentiae.com
Pour écrire à ma femme helene@insolentiae.com
Charles Sannat/
20 septembre 2016


Elections 2017 non –événement ou bien révolution ?
GUERIN


Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2016
Messages: 631
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 190
Moyenne de points: 0,30
Répondre en citant

Histoire secrète d'un krach qui dure_de Marc Roche (Auteur)_19,50€
Présentation de l'éditeur

Ce n'est pas seulement la banque américaine Lehman Brothers qui est à l'origine de ce krach qui n'en finit pas, mais bien une grande banque française, un an plus tôt. C'est une des révélations étonnantes de Marc Roche, auteur notamment de de La banque (Prix du meilleur livre financier), des Banksters et co-réalisateur du film Goldman Sachs, La banque qui dirige le monde, dans une stupéfiante enquête sur cet engrenage fatal dont les mécanismes secrets sont encore largement ignorés.Il nous dit comment l'aveuglement, l'arrogance, la cupidité de quelques-uns ont pu conduire la planète au bord du précipice. Il découvre et retrace avec minutie ce qui s'est réellement passé pendant ces quelques mois qui, d'août 2007 à novembre 2008, ont bouleversé le monde économique, financier et politique.Un document exceptionnel sur la véritable guerre qui se joue au sommet du pouvoir, de Londres à New York en passant par Paris, et dont nous sommes les otages impuissants.


Biographie de l'auteur

Après avoir été correspondant du Monde à Londres, Marc Roche est aujourd'hui journaliste au Point. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages parus chez Albin Michel, dont Le capitalisme hors la loi (2011) et l'enquête sur Goldman Sachs, La Banque (2010) et Les banksters (2014).Il a co-réalisé le film Goldman Sachs, La banque qui dirige le monde qui a pulvérisé les records d'audience d'Arte. Il a reçu en mars 2014 le Prix du meilleur article financier pour sa "Lettre de la City" dans Le Monde.

ARTE :
Gouvernements, institutions internationales, grandes entreprises... Nul acteur de l’économie et de la finance n’échappe aujourd’hui à la toile tissée par Goldman Sachs, une mégabanque sans laquelle peu de décisions sont prises, et grâce à laquelle nombre de "coups" sont mis en œuvre. Au risque, souvent, de flirter avec l’illégalité.

Goldman Sachs, la banque qui dirige le monde illustre les dérives de la finance internationale à travers l’un des acteurs clefs de la spéculation, la banque d’affaires américaine Goldman Sachs. Construit comme un thriller et de façon chronologique, ce documentaire raconte comment Goldman Sachs a joué tous les coups gagnants, de la bulle des subprimes de 2007 à la crise de l’euro et des dettes souveraines européennes depuis 2010. Tous les contre-pouvoirs institutionnels - régulateurs, législateurs, justice - ont échoué à contrôler la banque la plus puissante au monde. Le poids financier et, surtout, l’influence de "la Firme" comme elle est surnommée à Wall Street, l’ont amenée à franchir allègrement la ligne jaune de l’éthique tout en flirtant en permanence avec la ligne rouge de la légalité.
En effet, plus qu’une banque, Goldman Sachs est un empire invisible riche de 700 milliards d’euros d’actifs, soit deux fois le budget de la France. Un empire de l’argent sur lequel le soleil ne se couche jamais, qui a transformé la planète en un vaste casino, pariant sur tout et n’importe quoi pour engranger toujours plus de profits. Grâce à son réseau d’influence unique au monde et son armée de 30.000 moines banquiers, Goldman Sachs a su profiter de ces cinq années de crise pour accroître sa puissance financière, augmenter son emprise sur les gouvernements et bénéficier de l’impunité des justices américaines et européennes.

"Le pire est que le crime était légal", nous raconte un ancien banquier new-yorkais. Le récent abandon par la justice américaine de toutes les procédures judiciaires à l’encontre de Goldman Sachs, faute de preuve, illustre l’abdication du pouvoir politique face au pouvoir de cette "mégabanque". Ce documentaire démontre le danger que représente pour les démocraties cette finance internationale qui ne reconnaît plus aucune autorité.

Fruit d’une année d’investigation au cœur du supermarché de la spéculation qu’est devenu Goldman Sachs, ce documentaire de Marc Roche, journaliste spécialisé au Monde, auteur du best-seller La Banque, et de Jérôme Fritel, est une plongée au cœur de ce pouvoir qui ne reconnaît aucune frontière, ni aucune limite et menace directement les démocraties. donne la parole à de nombreux intervenants - banquiers, économistes, traders, journalistes, législateurs, responsables politiques... -, soit au total une quarantaine d’heures d’interviews. De nombreux extraits qui ne figurent pas dans le montage final, sont désormais accessibles grâce à un webdocumentaire coproduit par CAPA et ARTE.tv. En esperant qu’il contribue à nourrir le débat sur la nécessaire régulation de la finance et sur l’urgence de reconstruire un cadre législatif respecté. C’est-à-dire à remettre les acteurs financiers au service des démocraties.


https://player.vimeo.com/video/49904381?title=0&byline=0&portrait=0&wmode=transparent[url:5577d05acf=http://][/url:5577d05acf]


Elections 2017 non-événement ou très grand changement ?
GUERIN


Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2016
Messages: 631
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 190
Moyenne de points: 0,30
Répondre en citant
Fruit d’une année d’investigation au cœur du supermarché de la spéculation qu’est devenu Goldman Sachs, ce documentaire de Marc Roche, journaliste spécialisé au Monde, auteur du best-seller La Banque, et de Jérôme Fritel, est une plongée au cœur de ce pouvoir qui ne reconnaît aucune frontière, ni aucune limite et menace directement les démocraties. donne la parole à de nombreux intervenants - banquiers, économistes, traders, journalistes, législateurs, responsables politiques... -, soit au total une quarantaine d’heures d’interviews. De nombreux extraits qui ne figurent pas dans le montage final, sont désormais accessibles grâce à un webdocumentaire coproduit par CAPA et ARTE.tv. En esperant qu’il contribue à nourrir le débat sur la nécessaire régulation de la finance et sur l’urgence de reconstruire un cadre législatif respecté. C’est-à-dire à remettre les acteurs financiers au service des démocraties.


https://player.vimeo.com/video/49904381?title=0&byline=0&portrait=0&wmode=transparent


Elections 2017 non-événement ou très grand changement ?
Contenu Sponsorisé


Elections 2017 non-événement ou très grand changement ?
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures  
Page 1 sur 1  

  
  
 Répondre au sujet