Vie Politique et Philosophique Forum Index
Vie Politique et Philosophique
Forum en vue de débattre de l'actualité politique…Échanger les idées et les opinions en toute sérénité, loin du tumulte ambiant.
Reply to topic
Je pense que nous aurons une finale PS contre FN
GUERIN


Joined: 23 Jul 2016
Posts: 650
Reply with quote
PublicitéSupprimer les publicités ?
Previous post review:

ZeM wrote:
Je ne réponds qu'au titre :

Je pense pour ma part que c'est quand même difficile de faire un pari sur cette élection vu ce qui s'est passé dernièrement.

- Fillon qui gagne la primaire de droite qui peut ramener des voix qui étaient au FN, ainsi que les traditionalistes. Siphonant en même temps des voix d'extrême-droite ce qui ne se serait pas passé si Juppé l'avait emporté.

- Hollande ne se présente pas (en principe, on ne sait jamais). Lui, vu sa popularité même au sein de la gauche aurait fait perdre le PS. Les voix des frondeurs se seraient portées sur les extrêmes, sachant qu'il y a porosité entre extr. gauche et droite (quand même Kif kif)

- Mais toujours à gauche, Macron pourrait emporter des voix, voire des centristes (Modem et certains UDI vu la position Filloniste). Valls se présentant à la primaire de gauche siphonnera peut-être des voix à Macron.

- Mais c'est sans compter la dispersion des frondeurs à la primaire avec les possibilités multiples. On devrait y voir plus clair après les primaires de gauche. Peut-être que certains rentreront plus dans le moule suivant ce que feront les électeurs… de droite. Car c'est assez mal passé que des élécteurs de gauche se soient déplacés en nombre à la primaire de droite pour sortir Sarkozy... Et les Sarkozystes revendiquent toujours ce courant même acceptant la victoire de Fillon.

- Le centre droit (UDI), bah… il n'existe plus. Hormis peut-être par des partis "citoyens" comme "La France qui ose".
- Le centre gauche (Modem) est toujours inaudible. La position de Bayrou sera liée je pense au résultat de la primaire de gauche (et Macron).

- L'extrême gauche est dispersée.L'extrême droite subit des dissensions entre deux courants représentés par M. Lepen et Philippot et la présidente du parti.

- Et ça c'est sans compter le fait que l'élément central d'une élection -les électeurs- ne fait plus confiance dans les partis politiques traditionnels, et entendent peut-être mieux les partis citoyens (Nous Citoyens, La France qui ose, etc.) même s'ils sont moins médiatisés.

- Seul point que je pense sera identique aux élections précédentes : l'abstention -> donc des politiques mal élus et des difficultés à réformer.

Pour moi, le résultat même du 1er tour dépend vraiment de beaucoup de paramètres. Je fais pas de pari aujourd'hui.





Ce que le peuple ne voit pas............

La visite attentive du site Internet de la commission des sondages est passionnante. Bien évidemment, celle-ci rappelle tout d’abord que la Loi fondatrice de 1977 « a pour objet d’empêcher que la publication de sondages électoraux vienne influencer ou perturber la libre détermination du corps électoral ». Elle nous donne aussi sa définition de ce qu’est un sondage : « Un sondage est, quelle que soit sa dénomination, une enquête statistique visant à donner une indication quantitative, à une date déterminée, des opinions, souhaits, attitudes ou comportements d’une population par l’interrogation d’un échantillon. »

Mais c’est un extrait du communiqué de la commission en date du 16 mars 2017 qui retient mon attention : « La commission indique que, depuis sa modification par la loi du 25 avril 2016, la loi sur les sondages s’applique à tous les sondages d’opinion diffusés ou rendus publics, portant sur des sujets liés, de manière directe ou indirecte, au débat électoral. Elle exerce son contrôle, non seulement sur les sondages qui portent sur les intentions de vote des électeurs et leurs motivations, mais aussi sur ceux qui sont relatifs à la popularité des hommes politiques, aux opinions exprimées à l’égard des candidats, des partis ou groupements politiques ou plus généralement à l’égard des sujets liés à la campagne électorale. »

En effet, il me revient en mémoire le premier alinéa de l’article 4 de la Loi organique du 25 avril 2016 que j’ai évoqué plus haut. Vous savez, celle qui a pour objet la « modernisation des règles applicables à l’élection présidentielle ». J’ai l’habitude de dire que « le diable se cache dans les détails ». En voilà encore un bon exemple.

Cet alinéa, apparemment anodin, nous précise que dans le cadre de l’accès aux médias audiovisuels des candidats à l’élection présidentielle, les éditeurs de ces services de communication (en clair, les différentes chaînes de radios et de télévisions) doivent, sous le contrôle du Conseil supérieur de l’audiovisuel (le CSA), respecter un principe d’équité entre les différents candidats. Jusque-là, tout va bien. Les précisions suivantes interpellent, forcément :

« Dans l’exercice de cette mission de contrôle, le Conseil supérieur de l’audiovisuel tient compte :
1° De la représentativité des candidats, appréciée, en particulier, en fonction des résultats obtenus aux plus récentes élections par les candidats ou par les partis et groupements politiques qui les soutiennent et en fonction des indications de sondages d’opinion ;
2° De la contribution de chaque candidat à l’animation du débat électoral. »

Il faut ici préciser que cet article 4 modifie la Loi n° 62-1292 du 6 novembre 1962, relative à l’élection du président de la République au suffrage universel.

« ΕΥΡΗΚΑ », comme l’aurait dit Archimède dans sa baignoire en découvrant les lois régissant les objets par leur densité !! La notion « d’égalité » est remplacée par une notion « d’équité », celle-ci étant appréciée en fonction « des résultats obtenus aux plus récentes élections, des indications de sondages d’opinion et de la contribution de chaque candidat à l’animation du débat électoral ».

À mon sens, on frôle l’arbitraire, non ? Quand je constate l’état actuel du climat politique préélectoral, je me dis que remplacer le principe d’égalité par le principe d’équité relève, pour le moins, de la plus parfaite escroquerie intellectuelle.

Hubert d'Alex Andrin

Je pense que nous aurons une finale PS contre FN
GUERIN


Offline

Joined: 23 Jul 2016
Posts: 650
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 207
Moyenne de points: 0.32
Reply with quote
19 procès verbaux de M. Fillon qui se sont trouvés dans le JDD, est-ce que là ce n'est pas une violation de la loi ? Est-ce que tous les citoyens attachés à l'État de droit ne devraient pas en appeler au respect de la loi ?" a demandé l'eurodéputée.

En meeting à Nantes le 26 février, Marine Le Pen avait affirmé: "Je veux dire publiquement ici aux fonctionnaires, à qui un personnel politique aux abois demande d'utiliser les pouvoirs d'État pour surveiller les opposants, organiser à leur encontre des persécutions, des coups tordus, des cabales, de se garder de participer à de telles dérives car elles sont totalement illégales".

François Hollande, des syndicats policiers, ou encore la ministre de la Fonction publique Annick Girardin, avaient critiqué ces propos.

"C'est quand même inouï que moi qui défend l'État de droit, je me retrouve accusée en réalité de réclamer le respect de la loi. Je trouve ça fou, mais ça en dit long sur la déliquescence de l'esprit public", a répliqué Marine Le Pen.

"Ceux qui ne commettent pas d'illégalité ne se sont pas du tout sentis visés", dit-elle.

(orange)


MARINE LE PEN …………..c’est très clair
GUERIN


Offline

Joined: 23 Jul 2016
Posts: 650
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 207
Moyenne de points: 0.32
Reply with quote
"Dans ces conditions-là, à peu près 70% de mon projet ne pourrait pas être mis en œuvre". Invitée d'Europe 1, lundi 27 mars, Marine Le Pen a déclaré qu'elle quitterait l'Elysée si elle était élue et que le référendum qu'elle propose sur la sortie de l'euro ne rencontrait pas une majorité de "oui".

La politique, ce "n'est pas du rodéo"


La candidate du Front national à la présidentielle a justifié ce choix en précisant qu'elle ne considérait pas "la politique comme du rodéo". "Je ne suis pas sur le cheval en espérant qu'une chose, c'est ne pas tomber sans aller nulle part. Moi je veux aller quelque part. Si les Français me disent 'on ne veut pas vous permettre d'y aller', je leur laisserai la possibilité de se choisir un autre président."
(MSN)

http://www.frontnational.com/wp-content/uploads/2011/11/projet.jpg

end



http://www.frontnational.com/le-projet-de-marine-le-pen/][url]http://www.frontnational.com/le-projet-de-marine-le-pen/

Le raisonnement du Front national: «Le monopole des banques sera supprimé en déprivatisant l'argent public. La Banque de France pourra ainsi prêter au Trésor public sans intérêt». En 2012, Marine Le Pen chiffrait «la charge de la dette à 1400 milliards d'euros depuis 40 ans».

Ce que cela signifie: Ces propos sont tenus mot pour mot par Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) ou Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), qui estiment que la dette colossale de la France ne serait que la conséquence de la soumission de l'État par la finance. Ils dénoncent là la loi dite Pompidou-Giscard-Rotschild (Macron vient de cette banque)qui date de janvier 1973, dont l'article 25 «oblige» dès lors l'État à s'endetter auprès de grandes banques internationales à des taux élevés, plutôt qu'une Banque centrale publique, à taux bas, comme c'était le cas avant avec la Banque de France.[/url]


Je pense que nous aurons une finale PS contre FN
GUERIN


Offline

Joined: 23 Jul 2016
Posts: 650
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 207
Moyenne de points: 0.32
Reply with quote
GUERIN wrote:
"Dans ces conditions-là, à peu près 70% de mon projet ne pourrait pas être mis en œuvre". Invitée d'Europe 1, lundi 27 mars, Marine Le Pen a déclaré qu'elle quitterait l'Elysée si elle était élue et que le référendum qu'elle propose sur la sortie de l'euro ne rencontrait pas une majorité de "oui".

La politique, ce "n'est pas du rodéo"


La candidate du Front national à la présidentielle a justifié ce choix en précisant qu'elle ne considérait pas "la politique comme du rodéo". "Je ne suis pas sur le cheval en espérant qu'une chose, c'est ne pas tomber sans aller nulle part. Moi je veux aller quelque part. Si les Français me disent 'on ne veut pas vous permettre d'y aller', je leur laisserai la possibilité de se choisir un autre président."
(MSN)

http://www.frontnational.com/wp-content/uploads/2011/11/projet.jpg

end



http://www.frontnational.com/le-projet-de-marine-le-pen/][url]http://www.frontnational.com/le-projet-de-marine-le-pen/

Le raisonnement du Front national: «Le monopole des banques sera supprimé en déprivatisant l'argent public. La Banque de France pourra ainsi prêter au Trésor public sans intérêt». En 2012, Marine Le Pen chiffrait «la charge de la dette à 1400 milliards d'euros depuis 40 ans».

Ce que cela signifie: Ces propos sont tenus mot pour mot par Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) ou Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), qui estiment que la dette colossale de la France ne serait que la conséquence de la soumission de l'État par la finance. Ils dénoncent là la loi dite Pompidou-Giscard-Rotschild (Macron vient de cette banque)qui date de janvier 1973, dont l'article 25 «oblige» dès lors l'État à s'endetter auprès de grandes banques internationales à des taux élevés, plutôt qu'une Banque centrale publique, à taux bas, comme c'était le cas avant avec la Banque de France.[/url]




http://www.frontnational.com/le-projet-de-marine-le-pen/


Je pense que nous aurons une finale PS contre FN
GUERIN


Offline

Joined: 23 Jul 2016
Posts: 650
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 207
Moyenne de points: 0.32
Reply with quote

Communiqués / 27 mars 2017 / Étiquettes : Viticulture /



Communiqué de Presse du Front National

Samedi dernier, des milliers de vignerons ont manifesté à Narbonne dans l’indifférence des médias pour dénoncer les ravages de la politique de l’Union européenne qui les expose à une concurrence internationale déloyale, essentiellement intra-européenne, et participe à la tromperie des consommateurs.

En effet, non seulement les viticulteurs français doivent subir la concurrence de certains vins espagnols et italiens bas de gamme, soumis à des normes environnementales beaucoup moins exigeantes que les nôtres et produits grâce à une main d’œuvre peu chère, mais de surcroît ces vins importés sont vendus dans nos propres supermarchés sous les apparences de vins français.

Ainsi dans le Gard, par exemple, 25% de la production de vin ne parvient plus à s’écouler, avec les conséquences que l’on sait sur les prix et donc sur la rentabilité des exploitations viticoles.

Cette situation est évidemment intolérable. Le vin n’est pas seulement une force pour l’économie française, c’est aussi une part de notre patrimoine gastronomique et culturel. Pour cette double raison, il est impératif de protéger nos vignerons et de rétablir les conditions d’un commerce loyal.

Là encore, la nécessité de remettre en cause l’Union européenne apparaît. L’étiquetage ne doit plus laisser aucun doute quant à l’origine des produits et les importations en provenance de pays qui ne respectent pas les mêmes normes sociales et environnementales doivent pouvoir être compensées par des droits de douane ciblés et modulés.


De la politique comme je l´aime
GUERIN


Offline

Joined: 23 Jul 2016
Posts: 650
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 207
Moyenne de points: 0.32
Reply with quote
https://youtu.be/7brH56_N4SE

LES 2 livres sur le CABINET NOIR

G. Collard, ravi du soutien de P. De Villiers, fustige JJ Urvoas sur "le cabinet noir"! 28/3


https://www.youtube.com/watch?v=yRIJFh8-DUU

Marine Le Pen : "Je me moque d'être écoutée mais l'État doit cesser ces méthodes"

Marine Le Pen pleure de rire face à Nicolas Canteloup


https://youtu.be/0wS3s4NFMP8



De la politique comme je l´aime


Je pense que nous aurons une finale PS contre FN
Shlama


Offline

Joined: 30 Jan 2015
Posts: 423
Féminin
Point(s): 1,942
Moyenne de points: 4.59
Reply with quote
GUERIN wrote:
https://youtu.be/7brH56_N4SE

LES 2 livres sur le CABINET NOIR

G. Collard, ravi du soutien de P. De Villiers, fustige JJ Urvoas sur "le cabinet noir"! 28/3

https://www.youtube.com/watch?v=yRIJFh8-DUU

Marine Le Pen : "Je me moque d'être écoutée mais l'État doit cesser ces méthodes"

Marine Le Pen pleure de rire face à Nicolas Canteloup

https://youtu.be/0wS3s4NFMP8



De la politique comme je l´aime


https://www.youtube.com/watch?v=OV6Lp7cnX7s  POM POM POM



_________________
La vie est un mystère à vivre ,et non un problème
à résoudre

M.GANDHI
Je pense que nous aurons une finale PS contre FN
GUERIN


Offline

Joined: 23 Jul 2016
Posts: 650
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 207
Moyenne de points: 0.32
Reply with quote
Shlama wrote:
GUERIN wrote:
https://youtu.be/7brH56_N4SE

LES 2 livres sur le CABINET NOIR

G. Collard, ravi du soutien de P. De Villiers, fustige JJ Urvoas sur "le cabinet noir"! 28/3

https://www.youtube.com/watch?v=yRIJFh8-DUU

Marine Le Pen : "Je me moque d'être écoutée mais l'État doit cesser ces méthodes"

Marine Le Pen pleure de rire face à Nicolas Canteloup

https://youtu.be/0wS3s4NFMP8



De la politique comme je l´aime


https://www.youtube.com/watch?v=OV6Lp7cnX7s  POM POM POM




LE POUVOIR et le RETOURNEMENT des valeurs contre le vote du peuple

LE CABINET NOIR De HOLLANDE et le fondamentalisme religieux musulman ,2 contre-pouvoirs contre le peuple

1-Deux journalistes, Stéphanie Marteau et Aziz Zemouri, démontrent l'utilisation politique des affaires par l'Elysée.



https://youtu.be/EkK_CBGtn6M

https://youtu.be/7brH56_N4SE

Jamais une enquête n'avait été aussi loin dans l'affirmation de l'existence d'un «cabinet noir» à l'Elysée. A un an de la présidentielle, L'Elysée off des deux journalistes Stéphanie Marteau et Aziz Zemouri, publiée chez Fayard, risque de faire l'effet d'une bombe et d'affaiblir encore plus le Président. Ecrit au présent de l'indicatif, le livre démontre l'utilisation politique des affaires avec un chapitre au titre sans ambiguïté: «Le cabinet noir». Le candidat Hollande avait pourtant affirmé:

Moi Président, je n'interviendrai pas dans les affaires de justice.»

«Depuis l'Elysée, dans le plus grand secret, l'entourage de Hollande est donc à la manœuvre pour collecter des renseignements hors de toutes voies institutionnelles»
Des palais de la République n'a jamais filtré que la lueur aseptisée que ses princes voulaient bien laisser s'échapper. En particulier à l'Élysée, le premier d'entre eux, dont l'épaisseur des murs n'a eu d'égal que le soin de ses hôtes à faire taire leurs embarrassants secrets.
L'arrivée de François Hollande au 55, rue du Faubourg-Saint-Honoré promettait le changement : jamais l’Élysée n’avait autant communiqué ni ouvert ses portes que ces dernières années, conférant au palais l’image d’une maison de verre où rien n'échapperait à la vigilance médiatique.
Trompeuses apparences. Aziz Zemouri et Stéphanie Marteau ont rencontré les collaborateurs du chef de l’État et les employés du palais hors des canaux balisés par la communication. Ils racontent les guerres internes, les batailles d’influence et de conseillers plus ou moins occultes, les failles de la sécurité présidentielle, les manœuvres politiciennes ………………………………………………………………………..et les secrets de la mise en place de l’arsenal de la prochaine élection.

Une visite inédite dans les combles du château, là où les réseaux parallèles s'activent, les carrières se font, se défont et les intrigues du pouvoir se nouent.

Aziz Zemouri est reporter au Point.
Stéphanie Marteau est journaliste indépendante.

L'Élysée off Broché – 20 avril 2016 de
Stéphanie Marteau (Auteur), Aziz Zemouri (Auteur)17€

(SUITE)

Jamais une enquête n'avait été aussi loin dans l'affirmation de l'existence d'un «cabinet noir» à l'Elysée. A un an de la présidentielle, L'Elysée off des deux journalistes Stéphanie Marteau et Aziz Zemouri, publiée chez Fayard, risque de faire l'effet d'une bombe et d'affaiblir encore plus le Président. Ecrit au présent de l'indicatif, le livre démontre l'utilisation politique des affaires avec un chapitre au titre sans ambiguïté: «Le cabinet noir». Le candidat Hollande avait pourtant affirmé: «Moi Président, je n'interviendrai pas dans les affaires de justice.»



«Depuis l'Elysée, dans le plus grand secret, l'entourage de Hollande est donc à la manœuvre pour collecter des renseignements hors de toutes voies institutionnelles»
Stéphanie Marteau et Aziz Zemouri

Alors que l'affaire Cahuzac gronde en ce début de quinquennat, «à l'Elysée, la panique gagne», soulignent les deux auteurs. «Le cabinet de François Hollande cherche à allumer un contre-feu, et vite.» Premier contre-feu, les archives… «Justement, Pierre-René Lemas, le secrétaire général, a reçu quelque temps plus tôt un réquisitoire lui demandant de transmettre aux juges chargés des affaires Sarkozy les archives de l'ancien Président, restées à l'Elysée.» La loi est pourtant très claire: le président Hollande et ses conseillers n'ont pas le droit d'y avoir accès. Les dossiers doivent être transférés aux Archives nationales où elles y seront conservées. Pourtant, alors que le Président est pris dans sa première grosse tourmente politique, «l'occasion est belle de détourner l'attention des journalistes, en orchestrant de nouvelles révélations contre l'ex-Président». Pour étayer leur déclaration, les deux enquêteurs s'appuient notamment sur le récit de Bernard Muenkel, ex-chef des télécommunications et de l'informatique du palais, «témoin des manœuvres de l'entourage du Président». Muenkel refuse d'obéir aux ordres du colonel Eric Bio-Farina qui lui demande de fouiller «dans l'ensemble des archives informatiques pour trouver des informations sur certaines personnes. Il se met alors à surligner des noms sur une liste». Le quinquagénaire est donc limogé après avoir refusé d'obéir à un ordre qui, selon lui, relevait de l'illégalité. «Depuis l'Elysée, dans le plus grand secret, l'entourage de Hollande est donc à la manœuvre pour collecter des renseignements hors de toutes voies institutionnelles», affirment, sûrs d'eux, les auteurs en dédouanant Christiane Taubira de toute responsabilité. «Car, si la loi du 25 juillet 2013 interdit à la garde des Sceaux d'intervenir dans des dossiers individuels, elle n'empêche pas l'exécutif d'instrumentaliser, à des fins médiatiques, certains éléments de procédures en cours…»

Le secrétaire général de l'Élysée, un rouage central


Le secrétaire général de l'Elysée Jean-Pierre Jouyet et Gaspard Gantzer……………….

Les auteurs vont encore plus loin. C'est le deuxième contre-feu allumé en pleine affaire Cahuzac. «La gauche au pouvoir a mis en place des canaux d'information efficaces et discrets. La plupart débouchent non pas chez le conseiller justice, mais directement chez le secrétaire général de l'Elysée.» A chaque fois, un proche y est nommé: Pierre-René Lemas, de la promotion Voltaire, ou Jean-Pierre Jouyet, fidèle ami du Président avec qui il a passé de nombreuses vacances. Ainsi Pierre René-Lemas est-il informé, le 26 février 2014, par un coup de fil du cabinet de la garde des Sceaux, sans que cette dernière ne soit mise dans la boucle, d'une information judiciaire ouverte contre Nicolas Sarkozy et de sa mise sur écoute. Mais le secrétaire général veut en savoir plus «sur les billes» dont dispose le procureur général de Paris, François Falletti. Si quelques jours plus tard, Le Monde révèle l'affaire Cahuzac - un séisme politique pour l'exécutif -, le site Mediapart publie, lui, «le verbatim des écoutes entre Sarkozy et son avocat». Coïncidence? «Moins d'un an après l'arrivée de François Hollande au pouvoir, la chancellerie, sous pression de l'Elysée, a harcelé le procureur général de Paris pour qu'il fasse remonter chaque détail de l'affaire Cahuzac.» Après le départ de Pierre-René Lemas de l'Elysée, Jean-Pierre Jouyet est nommé. Il «a lui aussi des amis place Vendôme.» Comme Robert Gelli, un proche depuis la fin des années 1990, en poste à la tête de la direction des affaires criminelles et des grâces. En somme, il est «le référent des procureurs et des procureurs généraux, grâce auxquels il assure le suivi des dossiers sensibles». Les auteurs sont catégoriques: «Jean-Pierre Jouyet s'intéresse aux affaires de justice, tout particulièrement quand elles visent Nicolas Sarkozy.»

Si le cabinet noir sert «à exploiter médiatiquement les affaires», il permet aussi «d'anticiper les attaques». Dès lors, un nouvel homme s'impose à l'Elysée: Thierry Lataste, directeur de cabinet du Président depuis janvier 2015. Il exerçait la même fonction au ministère de l'Intérieur. Et l'ancien préfet d'avouer: «Je suis un canal d'informations. Parmi ce que produit le ministère de l'Intérieur, je choisis ce qui peut intéresser le Président.»



2 -Sur des questions aussi fondamentales que celles de la laïcité et de la résistance au communautarisme, les socialistes ne sont pas en ordre de bataille. Sur le terrain, des élus passent des compromis inacceptables. Dans ce flou, je ne sais pas ce qui l'emporte de la paresse intellectuelle, du désir de séduire un prétendu électorat musulman ou de la volonté de se prémunir contre les procès en « islamophobie ».
Face aux névrosés de l'identité, c'est à un véritable combat idéologique qu'il convient de s'atteler. Et pour le mener, il faut connaître l'adversaire. Où sont ses réseaux, ses relais, ses « idiots utiles ». Quelles failles de la société il exploite pour construire sa propagande. C'est pourquoi ce récit raconte en détail les dessous et les coulisses du « lynchage 2.0 » dont j’ai été l'objet.
J’aurai atteint mon objectif si je parviens, à travers cette histoire, à ouvrir la réflexion sur les défis que doit relever notre pays face à la montée du fondamentalisme religieux musulman.


Non, je ne me tairai plus Broché – 8 mars 2017
de Amine El Khatmi (Auteur) 15€

3- Quant aux médias, ils sont en quelque sorte des intermédiaires entre le gouvernement et les citoyens. Ce sont les médias qui nous permettent de connaître les décisions des politiques qui sont normalement exposées de manière objective.
Les contre-pouvoirs ont une origine profonde mais on peut dire qu'ils se sont vraiment affirmés à partir de la Révolution de 1789 qui fût menée par le peuple ainsi que par des politiques et des intellectuels afin de faire tomber le roi, la monarchie absolue de droit divin et les privilèges accordés à la Noblesse et au Clergé.

Le rôle du contre-pouvoir contribue-t-il à l'amélioration des conditions de vie des citoyens face à une crise qu'elle soit économique, politique, sociale ?


Je pense que nous aurons une finale PS contre FN
GUERIN


Offline

Joined: 23 Jul 2016
Posts: 650
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 207
Moyenne de points: 0.32
Reply with quote
Shlama wrote:
GUERIN wrote:
https://youtu.be/7brH56_N4SE

LES 2 livres sur le CABINET NOIR

G. Collard, ravi du soutien de P. De Villiers, fustige JJ Urvoas sur "le cabinet noir"! 28/3

https://www.youtube.com/watch?v=yRIJFh8-DUU

Marine Le Pen : "Je me moque d'être écoutée mais l'État doit cesser ces méthodes"

Marine Le Pen pleure de rire face à Nicolas Canteloup

https://youtu.be/0wS3s4NFMP8



De la politique comme je l´aime


https://www.youtube.com/watch?v=OV6Lp7cnX7s  POM POM POM


https://youtu.be/iwne-pjmJVY
Cabinet Noir ? Le démenti bidon d'une coauteur du livre de mars 2017 sur Hollande (LCI, 24/03/17, 16h24)


LE BANQUIER MACRON DéMASQUé par UN BANQUIER SUISSE
GUERIN


Offline

Joined: 23 Jul 2016
Posts: 650
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 207
Moyenne de points: 0.32
Reply with quote
https://youtu.be/bydnkFiQlQg

1-Macron est une gigantesque escroquerie

https://youtu.be/U45ydeJYB3k

2-L'imposture MACRON démasquée par RAFIK SMATI


https://youtu.be/NJRF9SXR414

3-Asselineau chez Bourdin sur RMC (29/03/17)

https://youtu.be/nJOREKmx4Vo

4-François Asselineau Dans les 4 vérités sur France 2 (28/03/17)

https://youtu.be/Ek_5a6Y48B8

Ajoutée le 16 janv. 2017
5-L' IMPOSTEUR EMMANUEL MACRON DÉMASQUÉ par François Asselineau
Quel leurre est-il ? Emmanuel Macron, énième marionnette politique propulsé par celui qui depuis 40 ans pourrit la vie des français avec ses petits copains : Jacques Attali. Le cas Emmanuel Macron et le lancement de son parti leurre "En Marche" aux ordres de l'oligarchie bancaire, décortiqué ici par Yann Barthès sur Canal plus dans Le Petit Journal, qui depuis a dû quitté la chaîne de Bolloré... Chronique reprise ici pour une analyse chirurgicale par François Asselineau qui démasque l'imposteur et ouvre les yeux des français sur la dernière escroquerie électorale prévue en 2017 afin de mettre la main (a nouveau) sur le Coffre et l'Armurerie de France.


https://youtu.be/kWKB46mgSSE

6-Un banquier suisse libère la vérité


L'OTAN
GUERIN


Offline

Joined: 23 Jul 2016
Posts: 650
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 207
Moyenne de points: 0.32
Reply with quote
https://youtu.be/fpivCL3emlw

L’OTAN et la france Le colonel Régis Chamagne

https://youtu.be/7pLrNCsz9Z8

Révélation explosive sur L’OTAN


COMME HOLLANDE ,MACRON est bien le candidat de la finance contre le reste
GUERIN


Offline

Joined: 23 Jul 2016
Posts: 650
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 207
Moyenne de points: 0.32
Reply with quote
COMME HOLLANDE ,MACRON est bien le candidat de la finance contre le reste de la société


L’affaire est connue : tournant le dos à ses promesses du Bourget, François Hollande s’est employé, pendant son mandat, à défendre les intérêts des grandes banques françaises et de la place financière de Paris. Dans une période pourtant favorable à la régulation financière, il a désamorcé toute velléité de réforme bancaire ambitieuse, sur le plan français comme européen. Il a aussi freiné des quatre fers le projet de taxe européenne sur les transactions financières.

Il est difficile d’estimer le rôle joué par Emmanuel Macron, conseiller de François Hollande, secrétaire général adjoint à l’Elysée, puis ministre des Finances, dans la volte-face de celui qui se disait «l’adversaire de la finance». Mais il suffit de considérer les prises de position du désormais favori à la présidentielle pour constater ses bonnes dispositions à l’égard des marchés.

Dans un entretien publié dans Libération le 24 mars, Emmanuel Macron annonce la couleur : pour lui, la taxe européenne sur les transactions financières (TTF) «n’est pas la priorité». Le candidat considère que les négociations autour du Brexit pourraient sonner le glas de la TTF. Alors que les négociations de cette taxe abhorrée par les banques françaises et les marchés s’enlisent, cette déclaration sonne comme un mauvais présage.

Lobbies financiers

D’autant qu’Emmanuel Macron avait déjà pris des positions tranchées sur les questions de régulation financière. Lors d’un débat organisé par la Confédération des PME le 6 mars, il annonce qu’il souhaite assouplir les règles qui ont été imposées aux banques et assureurs après la crise financière. Celles-ci n’auraient «qu’un objectif de réduction du risque» et les auraient «désincité à financer l’économie». Or c’est précisément le discours des lobbies financiers, qui dénoncent la réglementation financière pour mieux faire l’impasse sur le rôle néfaste de la spéculation ou de la rigueur budgétaire sur l’économie.

Autre aspect et pas des moindres : la réforme de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Pour Emmanuel Macron, il faut le «réformer en profondeur» en supprimant «la part qui finance l’économie réelle», et en particulier la détention d’actions, pour en faire un «impôt sur la rente immobilière». L’impôt sur le patrimoine immobilier représente pourtant la partie la plus «injuste» de l’ISF. Il arrive que, suite à un héritage et du fait de la hausse des prix de l’immobilier, des ménages modestes soient assujettis à l’ISF. La détention d’un patrimoine important sous forme d’action est, quant à elle, synonyme de «vraie» richesse. Mais pas forcément de financement de l’économie ! Depuis les années 2000, la contribution des marchés d’action au financement de l’économie est quasi-nulle en France. Il s’agit donc ni plus ni moins d’amputer l’ISF de sa part la plus significative, pour des motifs fallacieux ! Et pour le plus grand bénéfice des actionnaires.

Une politique de rigueur douloureuse

Ces mêmes actionnaires ont dû accueillir avec ravissement la proposition d’Emmanuel Macron de supprimer la progressivité de l’impôt sur les revenus du capital – c’est-à-dire sur les intérêts, les dividendes… Le candidat propose par ailleurs de baisser le taux d’impôt sur les sociétés de 33,3% à 25%, indistinctement de la taille de l’entreprise. Pourtant, le poids de l’impôt sur les sociétés est en France l’un des faibles parmi les pays avancés, en raison de l’«optimisation» des grandes entreprises qui profitent d’une assiette mitée par de nombreuses niches fiscales.

Bref, Emmanuel Macron souhaite multiplier les dépenses fiscales au bénéfice des actionnaires et des plus riches, tout en imposant une politique de rigueur douloureuse pour le reste de la société ; à l’inverse, un rapport publié cette semaine montre qu’il serait possible de récupérer près de 200 milliards d’euros pour financer les services publics et les urgences écologiques et sociales, notamment grâce à une véritable TTF et à la lutte contre l’évasion fiscale.

Encore un effort, M. Macron, pour ne pas apparaître comme le candidat de la finance !


MSN


VALLS Sa Parole c'est du vent
GUERIN


Offline

Joined: 23 Jul 2016
Posts: 650
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 207
Moyenne de points: 0.32
Reply with quote

Je m'engage : à soutenir publiquement le (la) candidat-e qui sera désigné-e à l'issue des élections primaires citoyennes et à m'engager dans sa campagne »

"Lors de la primaire qui a coûté deux euros, l'ensemble des membres du PS se devait de soutenir le candidat élu. En particulier Manuel Valls, qui a signé une charte mentionnant qu'en cas de défaite, il soutiendrait le vainqueur. Cette clause n'a pas été respectée par monsieur Valls et ses acolytes", s'indigne la militante.
Des militants et des élus écœurés
En effet, tous les candidats ayant participé à la primaire ont signé une "charte éthique", qui comportait notamment cette mention : "Je m'engage à soutenir publiquement le (la) candidat-e qui sera désigné-e à l'issue des élections primaires citoyennes et à m'engager dans sa campagne." Donc, logiquement, Benoît Hamon. "L'intérêt supérieur du pays, l'intérêt supérieur de la France, va au-delà des règles d'un parti, d'une primaire et d'une commission", s'est défendu Manuel Valls pour justifier son choix.

Des explications qui peinent à convaincre de nombreux militants et certains élus socialistes. Aurélie Filippetti, porte-parole de Benoît Hamon, a jugé sur franceinfo que Manuel Valls était "pathétique".

MSN


Je pense que nous aurons une finale PS contre FN
GUERIN


Offline

Joined: 23 Jul 2016
Posts: 650
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 207
Moyenne de points: 0.32
Reply with quote
GUERIN wrote:
ZeM wrote:
Je ne réponds qu'au titre :

Je pense pour ma part que c'est quand même difficile de faire un pari sur cette élection vu ce qui s'est passé dernièrement.

- Fillon qui gagne la primaire de droite qui peut ramener des voix qui étaient au FN, ainsi que les traditionalistes. Siphonant en même temps des voix d'extrême-droite ce qui ne se serait pas passé si Juppé l'avait emporté.

- Hollande ne se présente pas (en principe, on ne sait jamais). Lui, vu sa popularité même au sein de la gauche aurait fait perdre le PS. Les voix des frondeurs se seraient portées sur les extrêmes, sachant qu'il y a porosité entre extr. gauche et droite (quand même Kif kif)

- Mais toujours à gauche, Macron pourrait emporter des voix, voire des centristes (Modem et certains UDI vu la position Filloniste). Valls se présentant à la primaire de gauche siphonnera peut-être des voix à Macron.

- Mais c'est sans compter la dispersion des frondeurs à la primaire avec les possibilités multiples. On devrait y voir plus clair après les primaires de gauche. Peut-être que certains rentreront plus dans le moule suivant ce que feront les électeurs… de droite. Car c'est assez mal passé que des élécteurs de gauche se soient déplacés en nombre à la primaire de droite pour sortir Sarkozy... Et les Sarkozystes revendiquent toujours ce courant même acceptant la victoire de Fillon.

- Le centre droit (UDI), bah… il n'existe plus. Hormis peut-être par des partis "citoyens" comme "La France qui ose".
- Le centre gauche (Modem) est toujours inaudible. La position de Bayrou sera liée je pense au résultat de la primaire de gauche (et Macron).

- L'extrême gauche est dispersée.L'extrême droite subit des dissensions entre deux courants représentés par M. Lepen et Philippot et la présidente du parti.

- Et ça c'est sans compter le fait que l'élément central d'une élection -les électeurs- ne fait plus confiance dans les partis politiques traditionnels, et entendent peut-être mieux les partis citoyens (Nous Citoyens, La France qui ose, etc.) même s'ils sont moins médiatisés.

- Seul point que je pense sera identique aux élections précédentes : l'abstention -> donc des politiques mal élus et des difficultés à réformer.

Pour moi, le résultat même du 1er tour dépend vraiment de beaucoup de paramètres. Je fais pas de pari aujourd'hui.





Ce que le peuple ne voit pas............

La visite attentive du site Internet de la commission des sondages est passionnante. Bien évidemment, celle-ci rappelle tout d’abord que la Loi fondatrice de 1977 « a pour objet d’empêcher que la publication de sondages électoraux vienne influencer ou perturber la libre détermination du corps électoral ». Elle nous donne aussi sa définition de ce qu’est un sondage : « Un sondage est, quelle que soit sa dénomination, une enquête statistique visant à donner une indication quantitative, à une date déterminée, des opinions, souhaits, attitudes ou comportements d’une population par l’interrogation d’un échantillon. »

Mais c’est un extrait du communiqué de la commission en date du 16 mars 2017 qui retient mon attention : « La commission indique que, depuis sa modification par la loi du 25 avril 2016, la loi sur les sondages s’applique à tous les sondages d’opinion diffusés ou rendus publics, portant sur des sujets liés, de manière directe ou indirecte, au débat électoral. Elle exerce son contrôle, non seulement sur les sondages qui portent sur les intentions de vote des électeurs et leurs motivations, mais aussi sur ceux qui sont relatifs à la popularité des hommes politiques, aux opinions exprimées à l’égard des candidats, des partis ou groupements politiques ou plus généralement à l’égard des sujets liés à la campagne électorale. »

En effet, il me revient en mémoire le premier alinéa de l’article 4 de la Loi organique du 25 avril 2016 que j’ai évoqué plus haut. Vous savez, celle qui a pour objet la « modernisation des règles applicables à l’élection présidentielle ». J’ai l’habitude de dire que « le diable se cache dans les détails ». En voilà encore un bon exemple.

Cet alinéa, apparemment anodin, nous précise que dans le cadre de l’accès aux médias audiovisuels des candidats à l’élection présidentielle, les éditeurs de ces services de communication (en clair, les différentes chaînes de radios et de télévisions) doivent, sous le contrôle du Conseil supérieur de l’audiovisuel (le CSA), respecter un principe d’équité entre les différents candidats. Jusque-là, tout va bien. Les précisions suivantes interpellent, forcément :

« Dans l’exercice de cette mission de contrôle, le Conseil supérieur de l’audiovisuel tient compte :
1° De la représentativité des candidats, appréciée, en particulier, en fonction des résultats obtenus aux plus récentes élections par les candidats ou par les partis et groupements politiques qui les soutiennent et en fonction des indications de sondages d’opinion ;
2° De la contribution de chaque candidat à l’animation du débat électoral. »

Il faut ici préciser que cet article 4 modifie la Loi n° 62-1292 du 6 novembre 1962, relative à l’élection du président de la République au suffrage universel.

« ΕΥΡΗΚΑ », comme l’aurait dit Archimède dans sa baignoire en découvrant les lois régissant les objets par leur densité !! La notion « d’égalité » est remplacée par une notion « d’équité », celle-ci étant appréciée en fonction « des résultats obtenus aux plus récentes élections, des indications de sondages d’opinion et de la contribution de chaque candidat à l’animation du débat électoral ».

À mon sens, on frôle l’arbitraire, non ? Quand je constate l’état actuel du climat politique préélectoral, je me dis que remplacer le principe d’égalité par le principe d’équité relève, pour le moins, de la plus parfaite escroquerie intellectuelle.

Hubert d'Alex Andrin




Je pense qu'il ne reste à ce jour ,jeudi 30 mars 2017,que 2 candidats Utiles à LA FRANCE

Mélenchon

Le Pen


Je pense que nous aurons une finale PS contre FN
GUERIN


Offline

Joined: 23 Jul 2016
Posts: 650
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 207
Moyenne de points: 0.32
Reply with quote
GUERIN wrote:
GUERIN wrote:
ZeM wrote:
Je ne réponds qu'au titre :

Je pense pour ma part que c'est quand même difficile de faire un pari sur cette élection vu ce qui s'est passé dernièrement.

- Fillon qui gagne la primaire de droite qui peut ramener des voix qui étaient au FN, ainsi que les traditionalistes. Siphonant en même temps des voix d'extrême-droite ce qui ne se serait pas passé si Juppé l'avait emporté.

- Hollande ne se présente pas (en principe, on ne sait jamais). Lui, vu sa popularité même au sein de la gauche aurait fait perdre le PS. Les voix des frondeurs se seraient portées sur les extrêmes, sachant qu'il y a porosité entre extr. gauche et droite (quand même Kif kif)

- Mais toujours à gauche, Macron pourrait emporter des voix, voire des centristes (Modem et certains UDI vu la position Filloniste). Valls se présentant à la primaire de gauche siphonnera peut-être des voix à Macron.

- Mais c'est sans compter la dispersion des frondeurs à la primaire avec les possibilités multiples. On devrait y voir plus clair après les primaires de gauche. Peut-être que certains rentreront plus dans le moule suivant ce que feront les électeurs… de droite. Car c'est assez mal passé que des élécteurs de gauche se soient déplacés en nombre à la primaire de droite pour sortir Sarkozy... Et les Sarkozystes revendiquent toujours ce courant même acceptant la victoire de Fillon.

- Le centre droit (UDI), bah… il n'existe plus. Hormis peut-être par des partis "citoyens" comme "La France qui ose".
- Le centre gauche (Modem) est toujours inaudible. La position de Bayrou sera liée je pense au résultat de la primaire de gauche (et Macron).

- L'extrême gauche est dispersée.L'extrême droite subit des dissensions entre deux courants représentés par M. Lepen et Philippot et la présidente du parti.

- Et ça c'est sans compter le fait que l'élément central d'une élection -les électeurs- ne fait plus confiance dans les partis politiques traditionnels, et entendent peut-être mieux les partis citoyens (Nous Citoyens, La France qui ose, etc.) même s'ils sont moins médiatisés.

- Seul point que je pense sera identique aux élections précédentes : l'abstention -> donc des politiques mal élus et des difficultés à réformer.

Pour moi, le résultat même du 1er tour dépend vraiment de beaucoup de paramètres. Je fais pas de pari aujourd'hui.





Ce que le peuple ne voit pas............

La visite attentive du site Internet de la commission des sondages est passionnante. Bien évidemment, celle-ci rappelle tout d’abord que la Loi fondatrice de 1977 « a pour objet d’empêcher que la publication de sondages électoraux vienne influencer ou perturber la libre détermination du corps électoral ». Elle nous donne aussi sa définition de ce qu’est un sondage : « Un sondage est, quelle que soit sa dénomination, une enquête statistique visant à donner une indication quantitative, à une date déterminée, des opinions, souhaits, attitudes ou comportements d’une population par l’interrogation d’un échantillon. »

Mais c’est un extrait du communiqué de la commission en date du 16 mars 2017 qui retient mon attention : « La commission indique que, depuis sa modification par la loi du 25 avril 2016, la loi sur les sondages s’applique à tous les sondages d’opinion diffusés ou rendus publics, portant sur des sujets liés, de manière directe ou indirecte, au débat électoral. Elle exerce son contrôle, non seulement sur les sondages qui portent sur les intentions de vote des électeurs et leurs motivations, mais aussi sur ceux qui sont relatifs à la popularité des hommes politiques, aux opinions exprimées à l’égard des candidats, des partis ou groupements politiques ou plus généralement à l’égard des sujets liés à la campagne électorale. »

En effet, il me revient en mémoire le premier alinéa de l’article 4 de la Loi organique du 25 avril 2016 que j’ai évoqué plus haut. Vous savez, celle qui a pour objet la « modernisation des règles applicables à l’élection présidentielle ». J’ai l’habitude de dire que « le diable se cache dans les détails ». En voilà encore un bon exemple.

Cet alinéa, apparemment anodin, nous précise que dans le cadre de l’accès aux médias audiovisuels des candidats à l’élection présidentielle, les éditeurs de ces services de communication (en clair, les différentes chaînes de radios et de télévisions) doivent, sous le contrôle du Conseil supérieur de l’audiovisuel (le CSA), respecter un principe d’équité entre les différents candidats. Jusque-là, tout va bien. Les précisions suivantes interpellent, forcément :

« Dans l’exercice de cette mission de contrôle, le Conseil supérieur de l’audiovisuel tient compte :
1° De la représentativité des candidats, appréciée, en particulier, en fonction des résultats obtenus aux plus récentes élections par les candidats ou par les partis et groupements politiques qui les soutiennent et en fonction des indications de sondages d’opinion ;
2° De la contribution de chaque candidat à l’animation du débat électoral. »

Il faut ici préciser que cet article 4 modifie la Loi n° 62-1292 du 6 novembre 1962, relative à l’élection du président de la République au suffrage universel.

« ΕΥΡΗΚΑ », comme l’aurait dit Archimède dans sa baignoire en découvrant les lois régissant les objets par leur densité !! La notion « d’égalité » est remplacée par une notion « d’équité », celle-ci étant appréciée en fonction « des résultats obtenus aux plus récentes élections, des indications de sondages d’opinion et de la contribution de chaque candidat à l’animation du débat électoral ».

À mon sens, on frôle l’arbitraire, non ? Quand je constate l’état actuel du climat politique préélectoral, je me dis que remplacer le principe d’égalité par le principe d’équité relève, pour le moins, de la plus parfaite escroquerie intellectuelle.

Hubert d'Alex Andrin




Je pense qu'il ne reste à ce jour ,jeudi 30 mars 2017,que 2 candidats Utiles à LA FRANCE

Mélenchon

Le Pen




Ma femme me hurle que ce sujet n’est pas du tout économique !! Bien sûr que si que c’est économique, car je peux vous assurer qu’en cas de duel au second tour entre « l’extrême droite » et « l’extrême gauche », les taux français à 10 ans risquent de connaître un gros, gros mais alors très gros coup de chaud…

Et je peux vous assurer d’ailleurs que ce n’est pas tant le FN qui ferait très peur aux marchés, que notre ami Mélenchon, qui veut répudier la dette, ne pas la payer, et envoyer se faire paître tout ce qui de près ou de loin ressemble à un capitaliste.
Laissez-moi donc faire 5 minutes de politique fiction…

Aujourd’hui, Valls – qui représente l’aile de droite de la gauche car Valls n’a jamais été socialiste, pas plus que Macron d’ailleurs qui n’est politiquement rien qu’un mondialiste européiste béat et libre-échangiste, mais qui rendons-lui cette grâce l’assume parfaitement, donc c’est honnête – a déclaré son ralliement à la grande marche de Mao-tsé-cron.

Du coup, Hamon appelle Mélenchon à le soutenir. Sauf qu’avec 10 % d’intention de vote pour Hamon et 16 pour Mélenchon, la dynamique n’est pas très en faveur de Benoît Hamon qui hérite des ruines d’un parti socialiste littéralement exécuté par le président Hollande qui, ne pouvant pas se représenter, a décidé de punir le parti qui l’a défié et le fait passer pour le plus nul des présidents de la Ve République.

Alors dans quelques jours, nous pourrions assister au ralliement d’Hamon… à Mélenchon, et à quelques jours du premier tour, l’émergence d’un ticket Mélenchon Président, Hamon Premier ministre et revenu universel pour tous ! Un scénario extraordinaire pour les vendeurs d’or mais nettement plus inquiétant pour les patrons et autres entrepreneurs qui vont vite préparer leurs valises à l’idée de voir le « péril rouge ». 10 % + 16 % = 26 % et la gauche est présente au second tour !

L’autre grande dynamique que vous pouvez voir actuellement à l’œuvre est évidemment la dynamique Le Pen créditée de plus de 25 % et première au premier tour. L’actualité, la délinquance, sans oublier le terrorisme larvé et un potentiel attentat très grave sont de nature à maintenir sa dynamique.

Et c’est ainsi qu’au soir du premier tour, la France, à l’heure des choix, devrait choisir entre le « péril rouge » et le « péril brun » !

Quel front républicain ?

Comment Valls, qui vient de flinguer Hamon et la gauche du PS, les « frondeurs » parce que « trop » à gauche ou encore « un peu socialistes », pourra-t-il préférer soutenir un Mélenchon qu’un Hamon ?

Comment un Hollande, qui mise tout sur Macron, pourra soutenir Mélenchon ?

Comment Sarkozy pourra-t-il, et même Alain Juppé, le modéré, pourront-ils appeler à voter pour le communiste Mélenchon ?

Ce n’est là que quelques exemples de questions que l’on se posera en panique d’abord à quelques jours de l’élection si cette alliance Hamon-Mélenchon voit le jour, et elle devrait voir logiquement et politiquement le jour.

Ce scénario peut sembler complètement farfelu, mais en fait de moins en moins. Hamon est, inaudible, seul. Fillon est pilonné tous les jours par la justice et les médias. La droite, inaudible. Macron se fait dérouler un tapis médiatique mais sa jeunesse et son inexpérience le desservent fondamentalement, sans compter son programme fourre-tout de synthèse. Bref, il ne déchaîne aucun enthousiasme, aucune « cristallisation ».

48 % des Français ne savent toujours pas pour qui voter, et n’iront probablement pas voter. Pour une présidentielle, nous atteindrons des taux importants d’abstention. L’abstention en l’espèce est aussi une forme de vote, une façon de dire « je m’en lave les mains », ce qui laisse le champ libre aux plus motivés !

Alors autant vous poser la question dès maintenant !

Entre Mélenchon et Le Pen, vous choisissez qui ? Et je peux vous dire, que cette question va déchirer plus d’une famille, d’un foyer.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

« Insolentiae » signifie « impertinence » en latin
Pour m’écrire charles@insolentiae.com
Pour écrire à ma femme helene@insolentiae.com

Vous pouvez également vous abonner à ma lettre mensuelle « STRATÉGIES » qui vous permettra d’aller plus loin et dans laquelle je partage avec vous les solutions concrètes à mettre en œuvre pour vous préparer au monde d’après. Ces solutions sont articulées autour de l’approche PEL – patrimoine, emploi, localisation. L’idée c’est de partager avec vous les moyens et les méthodes pour mettre en place votre résilience personnelle et familiale.

« À vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes » (JFK)

« Ceci est un article ‘presslib’, c’est-à-dire libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Insolentiae.com est le site sur lequel Charles Sannat s’exprime quotidiennement et livre un décryptage impertinent et sans concession de l’actualité économique. Merci de visiter mon site. Vous pouvez vous abonner gratuitement à la lettre d’information quotidienne sur www.insolentiae.com. »


La DETTE des partis et hommes de gouvernement (droite-centre-gauche) depuis
GUERIN


Offline

Joined: 23 Jul 2016
Posts: 650
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 207
Moyenne de points: 0.32
Reply with quote
La DETTE des partis et hommes de gouvernement (droite-centre-gauche) depuis 1969

Mais notre capacité à nous soumettre et à nous démettre ne connaît plus de limites. L’emblématique saison estivale 2016 vient encore l’illustrer. Elle s’est ouverte sur des carnages islamistes à répétition, elle s’est close sur l’arrêt du Conseil d’État décrétant que se baigner en tenue islamique constitue une liberté fondamentale, en rien attentatoire à l’ordre et à la morale publiques. L’islam radical et sécessionniste menace le pacte républicain : soyons bienveillants et autorisons sur nos plages celles qui s’en réclament à en arborer le symbole par pure provocation.






Hani Ramadan, le frère de Tariq et petit-fils du père fondateur des Frères musulmans, a dû se réjouir. Invité à s’exprimer sur « l’islamophobie » à Genève, devant un groupe d’élèves âgés de quinze à dix-sept ans – ce qui est déjà stupéfiant en soi –, cet islamiste leur expliquait au printemps 2016 que « la femme sans voile est comme une pièce de deux euros. Visible par tous, elle passe de main en main ». Du reste, comment s’étonner d’un tel propos quand, dans une tribune que Le Monde avait eu la lumineuse idée de publier en septembre 2002, le même individu légitimait la lapidation au motif qu’il s’agissait d’une « injonction divine ». Son frère Tariq, la coqueluche de l’extrême gauche française, penchait, lui, pour un « moratoire ». Chacun a bien le droit d’avoir ses opinions…

Nous nous sommes tellement habitués à consentir que personne ne s’est avisé du terrible aveu d’impuissance logé au cœur d’un commentaire, de prime abord sibyllin, du ministre de l’Inté- rieur à la fin de l’été 2016. Bernard Cazeneuve, nommé Premier ministre en décembre, déclarait ainsi que la France avait « plus que jamais besoin d’une relation apaisée avec les musulmans ». Avec les musulmans sans autre précision et « plus que jamais », c’est-à-dire après les tueries que nous savons.


Primo, Bernard Cazeneuve ne juge pas utile de distinguer les musulmans entre eux, amalgamant, pour le coup, les musulmans « normaux » qui s’étranglent de rage face aux largesses du Conseil d’État, et les extrémistes qui leur font un tort immense. Les voilà donc versés, sans vergogne, dans le même sac. Deuxio : si « la France a plus que jamais besoin d’une relation apaisée avec les musulmans », c’est qu’elle ne l’est pas. Elle serait donc tendue, voire très tendue. Oui, mais avec qui ? Pourquoi apaiser nos relations avec les musulmans… paisibles ? Il n’y a pas lieu, elles le sont déjà. Mais alors avec qui ces relations sont-elles compliquées ou conflictuelles ? Réponse : avec les fondamentalistes et les salafistes dont les troupes grossissent à vue d’œil. Il convient par conséquent de les caresser dans le sens du poil. En clair : apaisons les frustrations des ennemis déclarés de l’Occident en leur donnant satisfaction. Les musulmans d’ores et déjà apaisés n’ont qu’à se taire. Cela leur apprendra à être de bons citoyens.


Serions-nous invités à comprendre que l’islam politique rallierait en France un nombre croissant de sympathisants ? Si on lui demandait d’être cohérent avec lui-même et de convenir que l’islam radical représente l’idéologie la plus vigoureuse du moment et Daech une des marques les plus prisées dans nos « quartiers » (la France est tout de même la première fabrique de djihadistes en Europe), d’où le fait que le ministre ait précisément éprouvé le besoin d’énoncer une proposition aussi insensée, il répondrait certainement qu’une telle vision est très excessive et relève presque du racisme.





À ce stade, nous perdons, au sens strict, la raison. Plus l’islamisme fera de victimes, plus nous capitulerons ? On n’en finit pas de toucher le fond.

Extrait de "Pour quoi serions-nous encore prêts à mourir ?" d'Alexandra Laignel-Lavastine, aux Editions du Cerf


http://www.atlantico.fr/decryptage/entre-incoherences-et-lachetes-terrifiant-aveu-impuissance-francais-face-islam-radical-alexandra-laignel-lavastine-editions-cerf-3005713.html#WdAeoLc6beCWZpVd.99


Je pense que nous aurons une finale PS contre FN
Contenu Sponsorisé


Je pense que nous aurons une finale PS contre FN
All times are GMT + 2 Hours  
Page 3 of 5  

  
  
 Reply to topic