Vie Politique et Philosophique Index du Forum
Vie Politique et Philosophique
Forum en vue de débattre de l'actualité politique…Échanger les idées et les opinions en toute sérénité, loin du tumulte ambiant.
Répondre au sujet
Le revenu d'existence c'est possible !
Laurent D


Hors ligne

Inscrit le: 04 Fév 2017
Messages: 4
Localisation: Nancy
Masculin
Point(s): 5
Moyenne de points: 1,25
Répondre en citant
PublicitéSupprimer les publicités ?
Bonjour, Smile

Je poste ici le contenu d'un mail sur le revenu d'existence, que j'ai envoyé à une liste d'amis. Je déporte ici ce mail afin que nous puissions en discuter facilement.
Bienvenue donc à mes amis, ainsi qu'a tous les autres visiteurs !


Voici le contenu du premier mail :


Salut à tous,


Je voudrais vous parler du revenu d’existence, comment je le vois.


Je vous en ai déjà parlé, donc vous savez que cette idée me plait beaucoup. Je crois que ce serait une véritable révolution sociale qui se ferait en douceur. Je vois deux choses qui font peur : que des gens aient envie de ne plus travailler et que le financement soit impossible.


Sur le financement je me le représente de la façon suivante : On à mis en place de l’aide social, les minimas sociaux, que pour ma démonstration que vais réduire au RMI. Quand vous touchez le RMI vous avez du mal à reprendre un travail, car si vous le faites vous perdez cette allocation. C’est l’exemple du petit contrat d’intérim de 15 jours qui vous amène à travailler pour rien puisque vous gagnez autant d’argent que le RMI (ou à peine plus). Autre exemple, vous trouvez un petit cdd de quelques mois qui vous rémunère mieux mais c’est quand même flippant car au bout vous risquez de devoir refaire le parcourt de la réinscription au RMI, avec questionnaire et période de latence (ou de carence, je ne sais plus). Et en plus, sur le lieu de travail, vous êtes mal considéré car chômeur longue durée plus habitué au monde du travail, on vous utilise comme bouche trou, mal inséré dans l’équipe, etc… donc on constate que beaucoup de RMIstes restent au RMI, certains ne cherchent pas beaucoup un travail (sans parler de tous ceux qui ne font pas les démarches pour toucher le RMI alors qu’ils y ont droit).


Pour répondre à ce problème, le RMI a été modifié en RSA, qui maintient l’allocation pendant quelques mois, en cas de reprise d’un travail. Sauf que c’est une usine à gaz qui ne marche pas, même son auteur (Martin Hirsch) le reconnait.


Donc la vraie solution c’est de dissocier l’allocation de minima social (RMI ou autre, moi j’ai l’ASS mais c’est pareil) de la reprise d’un travail. Si on garanti aux RMIstes qu’ils vont vraiment continuer à toucher cette allocation tout en reprenant un travail, je suis sûr qu’un très grand nombre le feront ! Ca, c’est sûr ! Ils auront envie de se lancer car avec le maintient inconditionnel du RMI ils ont la garantie de pouvoir tenter des expériences de retour vers l’emploi sans se retrouver le bec dans l’eau, ou avoir pris un petit contrat qui n’est pas agréable et qui ne rapporte pas plus (ou à peine plus) que le RMI. Car comme je le dis plus haut on est souvent mal considéré, il faut un temps d’adaptation qui n’est pas souvent accepté par le chef, on sert de bouche trou et salut, on n’a pas le temps de faire connaissance avec le reste de l’équipe qui de toute façon vous regarde comme un étranger, ou bien on tente l’expérience de monter une auto-entreprise mais au début c’est difficile, etc. Donc ça ne vaut le coup de passer ces épreuves que si le RMI est vraiment maintenu.


Mais alors si le RMI est maintenu en permanence, même après une première période de retour à l’emploi, ça veut dire que tous les salariés aussi le touchent, même ceux qui n’ont pas été au chômage. Et pareil pour les professions libérales, et… en fait tout le monde. C’est donc bien le revenu d’existence !


Si vous regardez les 4 vidéos que je vous avais donné dans le précédant mail vous verrez que finalement économiquement on ne change pas grand-chose. Ceux qui touchent le RMI continuent de le toucher, voir un peu plus, et surtout plus s’ils font des petits boulots, donc la situation est bien meilleure pour eux mais on ne fait que continuer de leur verser ce qu’on leur verse déjà. Ceux qui touchent un petit salaire, ils y gagnent aussi. Pour ceux qui touchent un salaire imposable (classe moyenne) ça ne change pratiquement rien puisqu’ils reçoivent le revenu d’existence mais en même temps ils le reversent en impôt (en fait leur situation est quand même un tout petit peu améliorée). Et pour ceux qui touchent des gros salaires, et des très gros salaires, ça change car ils reverseront beaucoup plus qu’un revenu d’existence. Mais vu qu’ils gagnent beaucoup ça ne leur fera pas de mal !


Donc je ne vois pas pourquoi on dit que ça va couter si cher. Tel qu’exposé ici, ça ne coute pratiquement rien !


Donc c’est mieux de voter Hamon que Mélanchon !!!


Parce que le revenu d’existence ça change beaucoup de choses dans notre rapport à la société. Là il y a une vraie révolution en profondeur, et sans violence car elle semble acceptable par tous. Par exemple les rapports de force avec les chefs ne sont plus les mêmes (je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi la droite ne s’en offusque pas plus que ça). Et puis une activité, ce n’est pas forcément un travail classique. Par exemple la société à besoin d’artistes, que par ailleurs on rechigne à payer. Cela peut amener à développer une autre idée de la vie heureuse : faire des pauses dans son travail, ne pas se tuer au travail pour survivre, s’intéresser à d’autre choses que la consommation, prendre le temps de regarder ailleurs que le nez dans le guidon. Pour les jeunes ça peut être le moyen de prendre un peu le temps de savoir qu’elle voie prendre, au lieu de foncer la peur au ventre, de faire des études non par goût mais par peur, de s’accrocher à un diplôme comme à une bouée au lieu que ce soit un choix. Ce temps ne sera pas forcément oisif, il sera occupé de petites expériences d’activités qui peuvent être un enrichissement et permettre de trouver sa place, de bien choisir sa voie…


C’est aussi une assurance qu’il n’est pas possible de descendre plus bas que ce plancher. Suivant la hauteur de celui-ci on peut ou pas vivre avec, et là je vous ai plutôt présenté un plancher qui ne le permet pas (à hauteur du RMI). Mais déjà qu’il y ai un plancher inconditionnel garanti, c’est très important. Ca change beaucoup de chose en nous même, et dans le rapport à la société. On peut prendre plus de risques, oser, se lancer dans des projets sans avoir peur de tout perdre.


Je ne vois donc pas qu’il y ai atteinte à la fameuse « valeur travail » ! Au contraire ! Les RMIstes et bien d’autres vont pouvoir se lancer !


En fait, c’est tellement désorientant de dissocier le travail du revenu, que beaucoup ne se penchent pas vraiment sur la question, reviennent aux repères connus, et critiquent donc le revenu d’existence sans vraiment en parler. Car pour vraiment en parler il faut sortir des sentiers battus, adopter un autre référentielle. Ainsi par exemple j’ai lu cet article de Thomas Piketty, critiquant le revenu d’existence : il est complètement à coté de la plaque ! Et il y a beaucoup d’exemples comme ça. Je crois même que je n’ai jamais lu une critique négative parlant du revenu d’existence de façon approfondie.


Bon il est tard, et surtout, je suis en train d’écrire un trop long texte, qui risque donc de vous saouler…


Le revenu d'existence c'est possible !
Laurent D


Hors ligne

Inscrit le: 04 Fév 2017
Messages: 4
Localisation: Nancy
Masculin
Point(s): 5
Moyenne de points: 1,25
Répondre en citant
Et voici la réponse d'Hélène (que vous avez déjà reçu) :

Bonjour Laurent,
Je te recommande cette très instructive conférence de Bernard Friot (sociologue et économiste) sur la différence entre le revenu d'existence (ou le revenu universel) et le salaire à vie:
https://www.youtube.com/watch?v=lHujBHqNSBg
Il y explique notamment en quoi il est très intéressant pour le capital de se débarrasser de la charge de l'emploi et de la faire peser sur les individus en utilisant le revenu d'existence exactement de la manière dont tu le décrit.  Il montre aussi pourquoi il est très important de bien faire la différence entre le travail et l'emploi, dans une autre conférence, ici :
http://rdvacteurs.univ-lorraine.fr/editions-precedentes/1ere-edition/sept10…
Bises
Hélène


Le revenu d'existence c'est possible !
registe 1
Invité

Hors ligne

Répondre en citant
je reste sceptique sur le revenu universel  top beaux pour etre vraie cela est texte je crois dans certain pays
je ne comprend pas trop le fonctionnement d attribution esque cela sera pour tout le monde retraite compris
esque cela fera pas une nouvelle categorie de pauvre
est pour le financement  ou vas ton prendre l argent quel contrepartie en echange
quel impacte sur le travail  salaire a la baisse ectera


Le revenu d'existence c'est possible !
Laurent D


Hors ligne

Inscrit le: 04 Fév 2017
Messages: 4
Localisation: Nancy
Masculin
Point(s): 5
Moyenne de points: 1,25
Répondre en citant
Salut Registe1,

Oui le revenu d’existence est testé actuellement en Finlande. Mais c’est un projet libéral (d’un gouvernement libéral) qui, en contre partie supprime beaucoup d’aides sociales. A vérifier les quelles cependant… En gros, la différence entre les projets de revenu d’existence de droite ou de gauche c’est le % d’aide sociales qui sont inclues dedans. Les libéraux voient un intérêt dans le revenu d’existence car avec, ils se permettent de supprimer beaucoup d’aide sociales (c’est ainsi qu’ils le finance) et d’assouplir le code du travail (assouplir étant un euphémisme). Mais il existe beaucoup d’autres façons de le financer, qui permettent de maintenir les aides sociales (sauf celles qui lui correspondent comme le RSA ou l’ASS).

Oui, cela sera pour tout le monde. Mais dans le projet de Hamon, au début il ne serait que pour les RMIstes, et les jeunes de 18 à 25 ans, fixé à 600€. Ensuite il serait versé à tout le monde, riches ou pauvres, jeunes ou retraités, et passerait à 750€.

Je ne vois pas pourquoi cela créerait une nouvelle catégorie de pauvres ?

Pour le financement, il prendrait l’argent à différent endroits : déjà il y a les allocations de type RSA, les allocations familiales (un enfant touchant ½ revenu universel), et les allocations logement (ce qui me semble plus critiquable), ensuite il y a l’impôt individualisé (gros gain en supprimant la différence d’imposition entre couples mariés ou non), et des économies faites sur l’administration de l’aide sociale (moins de contrôles puisque c’est un revenu universel). Plus le fameux impôt sur les robots (je ne sais pas si c’est très important), la lutte contre l’évasion fiscale et les niches fiscales. Mais en fait, il n’est précis que pour la première phase, qui ne nécessite pas autant de financement. La suite sera débattue pendant le quinquennat. (Voir par exemple , ou ).

Perso je trouve intéressant le financement proposé par l’association MFRB que tu peux voir dans la deuxième vidéo là. C’est un revenu de base à hauteur du RSA (à l’époque de la vidéo il était à 450€, on peut transposer aujourd’hui à 500€) qui coute donc beaucoup moins cher (en fait presque rien), mais dont les effets me semble déjà révolutionnaires !

Je ne crois pas que cela fasse baisser les salaires, car ça avantage le demandeur d’emploi dans le rapport de force avec le patron : si ça ne va pas, tu as plus les moyens d’aller voir ailleurs. Par exemple, les travaux pénibles seront du coup mieux payés.
 


Deuxième réponse pour Hélène :

Salut Hélène,

Bernard Friot propose le salaire à vie plutôt que le revenu d’existence. Le salaire à vie c’est d’une certaine façon nous donner à tous un statut de fonctionnaire, en utilisant un financement par cotisation. C’est un modèle assez proche du communisme (les moyens de production étant finalement collectivisés, et les revenus aussi) avec un financement différent (cotisations).

Donc c’est assez loin du revenu d’existence qui n’est pas une révolution anticapitaliste, contrairement au salaire à vie. Et concernant le montant, si le revenu d’existence est fixé à 750€, il est plus de l’ordre de l’aide sociale que d’un revenu pour vivre. Ca n’a vraiment rien à voir… 

Dans la deuxième vidéo que tu m’indique (coucou Hélène, à la 5ème partie ! Wink ), on est en 2010, il ne parle donc pas du revenu d’existence mais que de son projet de salaire à vie. Ce qu’il dit là m’intéresse beaucoup (le rapport entre activité, travail, emploi, fonction) même si je ne suis pas sûr qu’on puisse vivre bien dans un système si collectivisé, et qu’en plus je crois cela très utopique (je veux dire loin d’être réalisable au regard de la réalité actuelle). Par contre je n’aime pas la première vidéo, où il fait des affirmations et des effets de langages qui ne sont que des attaques basées sur des exagérations, et un point de vue très étroit.

Dans la première vidéo, Bernard Friot dit que le revenu d’existence c’est le projet du capitalisme. Il fait donc la description de comment le revenu d’existence serait mis en place dans les projets de droite (les libéraux). Bon, mais alors il fait l’impasse sur tous les autres projets ! Et il le fait pour défendre son projet à lui, le salaire à vie. Ok, ok, le revenu d’existence ne résout pas les problèmes qu’il soulève dans la deuxième vidéo, c'est-à-dire comment retirer au capital ce pouvoir que lui donne le marché du travail construit sur l’emploi (le poste de travail) et non l’activité propre à l’individu. Il pourrait même aggraver cela quand on voit ce qu’en feraient les libéraux. Mais Hamon n’est pas un libéral, et même sans Hamon on est capable de se défendre ! C’est jeter le bébé avec l’eau du bain. Il y a des choses très intéressantes à tirer du revenu d’existence, même s’il ne résout pas tout, qu’il serait dommage de ne pas essayer.

Prenons les auto-entrepreneurs d’Uber. Ils sont précarisés, travaillent comme des fous pour vivre pauvres. Bon, contre ça, sans faire une révolution qui supprime le capitalisme (sur une élection présidentielle c’est utopiste !), des protections peuvent être mise en place. Je ne sais pas bien les quelles. Syndicalisme, mutualisation, loi interdisant les abus, … je ne sais pas. Et le revenu d’existence viendrait en plus de ces protections. Deux cas sont possibles. Si il permet de vivre décemment, alors il est une réelle protection contre des rémunérations indécentes, car le rapport de force est inversé : j’ai les moyens d’aller voir ailleurs. Si il ne permet pas de vivre décemment (par exemple il est au niveau du RSA), et bien il ne change pas grand-chose à la situation actuelle, si ce n’est de donner accès à cette aide sociale plus facilement, même si on n’est pas un ancien employé, avec une meilleure garantie de la toucher, sans être trop humilié, etc. Mais ça ne permet pas aux patrons de se défausser dessus, en tout cas pas plus qu’aujourd’hui.

C’est comme si on disait aux intermittents du spectacle, on met fin au système particulier de chômage du spectacle (allocations qui permettent de vivre avec un travail en intermittence), sous prétexte que ça permet à certains employeurs d’éviter l’embauche en CDI, ou de baisser les salaires, etc... On peut très bien maintenir ce système tout en luttant contre les abus de certains employeurs.

Dans la première vidéo, tu peux remplacer, à chaque fois qu’il le prononce, « revenu de base » par « allocations de chômage », et tu comprends que son argumentation ne tient pas. Le libéralisme, le capitalisme à été obligé d’accepter le système d’allocations de chômage, ça lui permet de continuer à fonctionner, mais c’est pas pour autant que ça nous empêche de lutter pour plus de justice ! On ne va pas supprimer les allocations chômage parce qu’elles permettent au système de se maintenir ! Ou alors, si. On le fait, mais alors on fait tout de suite la révolution… Et je suis aussi d’accord, mais je n’y crois pas. Cette révolution est actuellement utopique.

Bon, revenons sur terre… Je crois qu’au début, un revenu d’existence serait du niveau du RSA  pour progresser vers un niveau permettant de vivre décemment (mais ça c’est dans longtemps). Donc au début ça ne change rien d’un certain point de vu (ça ne change pas le niveau d’aide sociale, mais ça change le rapport à cette aide), et progressivement il permettra d’inverser le rapport de force entre patrons et demandeurs d’emplois.

Le revenu d’existence n’est pas la solution à tout, et il peut avoir différentes formes. Très souvent, je vois des gens de gauche s’attaquer au revenu d’existence en utilisant les modèles présentés par la droite (et inversement mais ça je m’en fou). C’est débile ! Et aussi, des personnes qui pour défendre une idée, une solution, s’attaquent au revenu d’existence en lui reprochant de ne pas développer cette solution. Mais rien n’exclu d’associer les idées !


Le revenu d'existence c'est possible !
Shlama


Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2015
Messages: 423
Féminin
Point(s): 1 942
Moyenne de points: 4,59
Répondre en citant
Laurent D a écrit:
Et voici la réponse d'Hélène (que vous avez déjà reçu) :

Bonjour Laurent,
Je te recommande cette très instructive conférence de Bernard Friot (sociologue et économiste) sur la différence entre le revenu d'existence (ou le revenu universel) et le salaire à vie:
https://www.youtube.com/watch?v=lHujBHqNSBg
Il y explique notamment en quoi il est très intéressant pour le capital de se débarrasser de la charge de l'emploi et de la faire peser sur les individus en utilisant le revenu d'existence exactement de la manière dont tu le décrit.  Il montre aussi pourquoi il est très important de bien faire la différence entre le travail et l'emploi, dans une autre conférence, ici :
http://rdvacteurs.univ-lorraine.fr/editions-precedentes/1ere-edition/sept10…
Bises
Hélène



D'ici a ce que ça se mette en route , les 5 ans seront passés  et  la droite  passera à autre  chose,

ça ne se fait pas comme ça ,   Et puis oui ça coutera cher ,  et surtout des catégories   de personnes isolées

ou à  petits  revenus  seront défavorisées ,  Ils toucheront  une sommes ,  mais perdront d'autres allocations ,

si quelques uns y gagneront  ,  d'autres y perdront ,   Pour moi c'est une arnaque ,

Il arrivera un temps   ou les salaires baisseront ou stagneront  et tout le monde aura   son  gentil petit revenu

Une sorte de travail payé par l'état , qui n'obligera plus  les patrons à cotiser ,  nulle part ,

ça commence déjà à être le cas  ;  hors tout travail use , et il est normal  qu'ils paient une assurance pour cette usure

humaine ,   < Bien que je suis pour une aide aux petites entreprises qui ont le mérite de ne pas délocaliser

ni de s'enrichir avec  des actions ,  sur le dos des ouvriers >

Il est même fort probable que puisque  vous aurez   un revenu , On vous  proposera  d'aller travailler

loin de chez vous quand ce sera nécessaire ,  , ou de faire un boulot qui n'est pas dans vos cordes ,

  et qui vous déprimera ; 

C'est déjà dans la tête de certains élus ,   << L'assistanat et le cancer de la société >> , Mr Wauquiez ,

il a pourtant eu ses études payées par la société ;  et leurs priviléges indus  c'est aussi sur la société;



Et puis  Il n'y a pas que ça quand même ,  On ne peut  élire un président uniquement pour ça ,

 d'autres critères entrent en jeu il me semble ?   Comme le climat  , les lobbys  pharmaceutiques ,

le nucléaire  ETC... s  On ne peut plus fermer les yeux   sur les problèmes de pollution, 

Qu'en pense Hamon ?   qu'is l se mettent d'accord lui et Mélenchon ,    Mais se sera dur , car Mélenchon

après avoir   avoir   changé   la constitution  il laisse le pouvoir  aux peuples  de prendre  des décisions ,

Je doute que ce soit le choix de la droite et du PS  !   ils  n'ont pas envie de perdre leurs privilèges , 

qui nous  coûtent  chers et que Mélenchon  veut abolir 



_________________
La vie est un mystère à vivre ,et non un problème
à résoudre

M.GANDHI
Le revenu d'existence c'est possible !
Laurent D


Hors ligne

Inscrit le: 04 Fév 2017
Messages: 4
Localisation: Nancy
Masculin
Point(s): 5
Moyenne de points: 1,25
Répondre en citant
Je mets ici le mail que m'a envoyé Manu, car il répond par ses documents vidéos à ceux qu'Hélène tu as présenté :

Salut Laurent
 voici quelques liens...


Une conférence entre ars industrialis la revue Multitude et les accélérationnistes à proposdu revenu de base et du revenu contributif du 19 novembre 2016:

https://www.youtube.com/watch?v=NT7REfhfGNs

et un entretien sur le revenu contributif:

http://www.metiseurope.eu/un-revenu-contributif-plaine-commune_fr_70_art_30…

et il y a ce petit bouquin sur l'emploi et le travail:
L'emploi et mort, vive le travail !


A bientôt.


Le revenu d'existence c'est possible !
Shlama


Hors ligne

Inscrit le: 30 Jan 2015
Messages: 423
Féminin
Point(s): 1 942
Moyenne de points: 4,59
Répondre en citant
On va pas taper sur Méluche et Hamon , 



mais ici    : Et vous remarquerez  son beau salut Nazi  tout en bas !








https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/vive-la-haine-le-meeting-de-mari…



_________________
La vie est un mystère à vivre ,et non un problème
à résoudre

M.GANDHI
Le revenu d'existence c'est possible !
registe 1
Invité

Hors ligne

Répondre en citant
revenu universel ou revenu de base ou je sias quel autre nom au fur est a mesur de la campagne de benoix h perd de sa valeur
telement qu il est infinancable
de remise en question en remise en question au fur est a mesur de sa campagne
y croit il encors a sa meur


Le revenu d'existence c'est possible !
Contenu Sponsorisé


Le revenu d'existence c'est possible !
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures  
Page 1 sur 1  

  
  
 Répondre au sujet