Vie Politique et Philosophique Index du Forum
Vie Politique et Philosophique
Forum en vue de débattre de l'actualité politique…Échanger les idées et les opinions en toute sérénité, loin du tumulte ambiant.
Répondre au sujet
Macron ,un acteur de théâtre au programme à gémométrie très variable
GUERIN


Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2016
Messages: 542
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 167
Moyenne de points: 0,31
Répondre en citant
PublicitéSupprimer les publicités ?

Il aura fallu moins d’un mois à Emmanuel Macron pour amender sa promesse d’une réforme téméraire de la fiscalité de l’épargne. Le 24 février, dans un entretien au quotidien économique Les Echos, le candidat d’En marche! annonçait peu ou prou la suppression de l’avantage fiscal de l’assurance-vie. Son idée : aligner le taux d’imposition pour les nouveaux versements sur celui des autres produits d’épargne, que le candidat souhaite taxer à un taux forfaitaire unique de l’ordre de 30 % (prélèvements sociaux inclus). Cette « flat tax » venait donc alourdir le prélèvement de 23 % appliqué jusqu’à présent à l’assurance-vie, au bout de huit ans de détention.

Après plusieurs semaines de grogne des représentants des épargnants et des assureurs – la Fédération française de l’assurance (FFA) a mis en avant, le 9 mars, un sondage montrant que 77 % des Français ne sont pas favorables à cette « flat tax » –, Emmanuel Macron a donc mis de l’eau dans son vin.
Réorienter l’épargne vers l’économie productive
Devant les Assises de l’épargne et de la fiscalité, organisées jeudi 16 mars par l’association d’épargnants AFER, l’ex-ministre de l’économie et des finances Jean Arthuis, venu représenter En marche !, a annoncé que ce prélèvement ne concernerait que les nouveaux versements effectués sur des contrats dont l’encours est supérieur à un plafond, qui pourrait s’élever à 150 000 euros (par personne), soit le plafond actuel des plans d’épargne en actions (PEA).

L’objectif affiché par Emmanuel Macron est de réorienter l’épargne vers l’économie productive, notamment en créant de la compétition entre les différents véhicules de collecte d’épargne. Devant une salle hostile à tout relèvement de la fiscalité, M. Arthuis a précisé que le principe était « validé » mais que le seuil à partir duquel l’épargne serait taxée à 30 % faisait encore l’objet d’arbitrages.

L’ancien ministre a par ailleurs rappelé que, dans le projet de M. Macron, l’épargne financière et l’assurance-vie n’entreraient plus dans l’assiette de calcul de l’impôt sur la fortune (ISF). Enfin, les particuliers devraient pouvoir choisir un prélèvement aligné sur le taux de leur impôt sur le revenu (auxquels s’ajouteraient dans ce cas les prélèvements sociaux) si ce dernier était inférieur au taux unique de 30 %.
Le placement préféré des Français
La proposition initiale d’En marche ! s’avérait, de fait, audacieuse. L’assurance-vie fait plus que jamais figure de placement préféré...

http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/03/17/assurance-vie-emmanuel-macron-amende-son-projet-de-flat-tax_5096073_3234.html#yRBSjoMweGmwTSQx.99

"Dans une société de responsabilité, à l'opposé de tout populisme, il est légitime que chaque habitant contribue, en fonction de ses moyens, aux charges communes ; c'est le fondement même de la démocratie locale qui est en jeu".




Cette mesure, selon l'AMF, serait "démagogique car [il] existe déjà de nombreux dispositifs d'allègement, de dégrèvement, d'exonération ou de plafonnement de la taxe d'habitation dont bénéficient les habitants" "Ainsi, aujourd'hui, 42% des foyers en bénéficient, soit 13 millions de foyers environ", souligne l'AMF. Une telle promesse serait de surcroît "non financée, car l'Etat, depuis longtemps, ne compense plus réellement les conséquences de ses propres décisions".


Macron ,un acteur de théâtre au programme à gémométrie très variable
GUERIN


Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2016
Messages: 542
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 167
Moyenne de points: 0,31
Répondre en citant
GUERIN a écrit:

Il aura fallu moins d’un mois à Emmanuel Macron pour amender sa promesse d’une réforme téméraire de la fiscalité de l’épargne. Le 24 février, dans un entretien au quotidien économique Les Echos, le candidat d’En marche! annonçait peu ou prou la suppression de l’avantage fiscal de l’assurance-vie. Son idée : aligner le taux d’imposition pour les nouveaux versements sur celui des autres produits d’épargne, que le candidat souhaite taxer à un taux forfaitaire unique de l’ordre de 30 % (prélèvements sociaux inclus). Cette « flat tax » venait donc alourdir le prélèvement de 23 % appliqué jusqu’à présent à l’assurance-vie, au bout de huit ans de détention.

Après plusieurs semaines de grogne des représentants des épargnants et des assureurs – la Fédération française de l’assurance (FFA) a mis en avant, le 9 mars, un sondage montrant que 77 % des Français ne sont pas favorables à cette « flat tax » –, Emmanuel Macron a donc mis de l’eau dans son vin.
Réorienter l’épargne vers l’économie productive
Devant les Assises de l’épargne et de la fiscalité, organisées jeudi 16 mars par l’association d’épargnants AFER, l’ex-ministre de l’économie et des finances Jean Arthuis, venu représenter En marche !, a annoncé que ce prélèvement ne concernerait que les nouveaux versements effectués sur des contrats dont l’encours est supérieur à un plafond, qui pourrait s’élever à 150 000 euros (par personne), soit le plafond actuel des plans d’épargne en actions (PEA).

L’objectif affiché par Emmanuel Macron est de réorienter l’épargne vers l’économie productive, notamment en créant de la compétition entre les différents véhicules de collecte d’épargne. Devant une salle hostile à tout relèvement de la fiscalité, M. Arthuis a précisé que le principe était « validé » mais que le seuil à partir duquel l’épargne serait taxée à 30 % faisait encore l’objet d’arbitrages.

L’ancien ministre a par ailleurs rappelé que, dans le projet de M. Macron, l’épargne financière et l’assurance-vie n’entreraient plus dans l’assiette de calcul de l’impôt sur la fortune (ISF). Enfin, les particuliers devraient pouvoir choisir un prélèvement aligné sur le taux de leur impôt sur le revenu (auxquels s’ajouteraient dans ce cas les prélèvements sociaux) si ce dernier était inférieur au taux unique de 30 %.
Le placement préféré des Français
La proposition initiale d’En marche ! s’avérait, de fait, audacieuse. L’assurance-vie fait plus que jamais figure de placement préféré...

http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/03/17/assurance-vie-emmanuel-macron-amende-son-projet-de-flat-tax_5096073_3234.html#yRBSjoMweGmwTSQx.99

"Dans une société de responsabilité, à l'opposé de tout populisme, il est légitime que chaque habitant contribue, en fonction de ses moyens, aux charges communes ; c'est le fondement même de la démocratie locale qui est en jeu".




Cette mesure, selon l'AMF, serait "démagogique car [il] existe déjà de nombreux dispositifs d'allègement, de dégrèvement, d'exonération ou de plafonnement de la taxe d'habitation dont bénéficient les habitants" "Ainsi, aujourd'hui, 42% des foyers en bénéficient, soit 13 millions de foyers environ", souligne l'AMF. Une telle promesse serait de surcroît "non financée, car l'Etat, depuis longtemps, ne compense plus réellement les conséquences de ses propres décisions".


Macron un candidat à responsabilité limitée


Macron ,un acteur de théâtre au programme à gémométrie très variable
Contenu Sponsorisé


Macron ,un acteur de théâtre au programme à gémométrie très variable
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure  
Page 1 sur 1  

  
  
 Répondre au sujet