Vie Politique et Philosophique Index du Forum
Vie Politique et Philosophique
Forum en vue de débattre de l'actualité politique…Échanger les idées et les opinions en toute sérénité, loin du tumulte ambiant.
Répondre au sujet
Les promesses électorales, entre communication et réalité
ZeM


Hors ligne

Inscrit le: 05 Juil 2010
Messages: 1 375
Localisation: Laval
Masculin Scorpion (23oct-21nov)
Point(s): 1 466
Moyenne de points: 1,07
Répondre en citant
PublicitéSupprimer les publicités ?
Bonjour toutes et tous.

Le débat de ce soir (d'entre deux tours) entre E. Macron et M. Lepen ? Je le vois comme très prévisible.
Schématiquement ce sera :


Elle :
"…La faute aux étrangers, la faute à l'Europe, la faute à l'euro… voyez-vous. Donc il faut plus d'État pour réguler et réglementer"
Lui :
"…Je suis d'accord, mais en même temps… Il faut plus de dépenses de l'État…"


Donc en gros, le choix qui nous est proposé est entre :
- Celle qui ne raconte que des conneries (si elle passe, on verra comment le pouvoir d'achat peut fondre vite et à quelle vitesse les TPE peuvent disparaître vu leur fragilité face à une politique inadéquate -donc chômage très à la hausse et accroissement de la pauvreté).
- Celui qui n'a pas de colonne vertébrale dans ses lignes politiques donnant l'impression qu'il veut contenter tout le monde. À toujours faire le grand écart, à faire dans le consensus pour satisfaire tout le monde, on ne satisfait personne puisque en politique, on ne peut pas être satisfait à moitié -c'est une non satisfaction; il me semble qu'un "candidat de la synthèse" en a fait l'expérience.


En plus, les deux proposent les mêmes remèdes, juste qu'ils le disent différemment : Plus d'état, c'est aussi plus de dépenses d'état.
Entendu l'un des partis dire la semaine dernière que pour aider les PME, il faudrait plus de régulation… Sauf que les entreprises crèvent déjà de réglementations, normes et autres obligations administratives déjà pléthoriques qui les empêchent de travailler ! Et d'embaucher aussi.


Bref, les solutions ne seront pas trouvées dans le prochain quinquennat -mais c'est la démocratie, les élécteurs ont choisi les versions chez Jackie au café du commerce. Pour diriger, Yaka et Faucon.
Les dettes d'état, on s'en fout. Ou on peut continuer à emprunter (c'est l'état qui rince) ou les créanciers ne nous les réclameront jamais et on ne les remboursera pas !


Pour cette dette, c'est beau de rêver -et là je vise aussi pour tous les autres partis populistes comme les (soi-disant1) insoumis de Melenchon. Sauf que quand les taux d'intérêts auront augmentés parce que la France aura du mal à rembourser; alors une rigueur budgétaire de plus en plus raide devra être mise en place. Et ne croyons pas qu'il suffira de retirer son capital sur le compte épargne (car oui, les français sont capitalistes) et son compte courant.


Sans compter que ce que les Lepen, Macron, Melenchon, Hamon et quasi tous ceux qui se sont présentés au 1er tour ne disent pas et qui me semble déjà très grave comme situation actuelle; c'est que cette dette d'état, ce n'est pas ma génération qui va la rembourser; ce sont les jeunes qui ont aujourd'hui 20 ans et les générations qui vont les suivre. Eux vont rembourser (c'est déjà acté car un individu français qui nait aujourd'hui a déjà environ 30 000€) de dette d'état) sans avoir la garantie d'avoir des services publics minimums (régaliens) au moins corrects vu que l'état devra couper de façon encore plus drastique dans ses dépenses à cause de mauvaise gestion des générations précédentes (donc celle qu'on vote aujourd'hui).


Alors je veux bien que les politiciens promettent plus de dépenses, ou plus d'état selon comment on veut l'entendre dire. Je veux bien que les citoyens aujourd'hui soient séduits par le fait qu'on leur promette que l'état ira payer jusque dans leur intimité… Mais alors politiciens et citoyens qui veulent ce système doivent avoir le courage de regarder les jeunes d'aujourd'hui dans les yeux et leur dire la réalité, qu'ils n'ont rien à foutre de leur avenir; seul compte comment l'état va rincer à coup de dépenses publiques. 
"C'est pas cher, c'est pas nous qui payent, c'est l'état" -Bebert, un habitué du café du commerce, il parle comme ça. Smile
Donc ce sont les générations qui sont aujourd'hui prêtes à entrer dans la vie active…dans un monde déjà bien sinistré sur le plan de l'emploi en plus (beaucoup de réglementation, régulations, état).


Économie est un mot qui possède au moins une définition, ne l'oublions.






1 : Soi-disant car comment peut-on se dire insoumis en voulant plus d'état, ce qui revient à se soumettre à une autorité (administrative dans ce cas). Un état est figure d'autorités, pas d'autres choses, lui accorder toujours plus de pouvoirs est de la soumission.



_________________
Encumbered forever by desire and ambition
There's a hunger still unsatisfied

High Hopes; Pink Floyd
Visiter le site web du posteur
Les promesses électorales, entre communication et réalité
Contenu Sponsorisé


Les promesses électorales, entre communication et réalité
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures  
Page 1 sur 1  

  
  
 Répondre au sujet