Vie Politique et Philosophique Index du Forum
Vie Politique et Philosophique
Forum en vue de débattre de l'actualité politique…Échanger les idées et les opinions en toute sérénité, loin du tumulte ambiant.
Répondre au sujet
MACRON un chef de guerre?Non un simple civil sas expérience militaire!
GUERIN


Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2016
Messages: 543
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 167
Moyenne de points: 0,31
Répondre en citant
PublicitéSupprimer les publicités ?
Nos amis politiques ne intéressent aux militaires que pour leur propre communication. Pour le reste ce n'est que de la chair a canon!


3000 soldats pour un territoire à surveiller grand comme la moitié de l'Eur
GUERIN


Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2016
Messages: 543
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 167
Moyenne de points: 0,31
Répondre en citant
Faites place au… Livre Blanc de la Défense et de la Sécurité Nationale 2018 !

Après 2008 et 2013, un nouveau Livre Blanc ?! Cette annonce n’est pas franchement accueillie avec enthousiasme dans le milieu de la Défense. La raison la plus souvent invoquée est qu’il s’agit d’une perte de temps et de moyens. Cependant, selon le nouveau président de la République et ses équipes, en premier lieu son conseiller défense Jean-Jacques Bridey, le format opérationnel actuel des armées, issu du Livre Blanc de 2013, a montré toutes ses limites. Ce document est ainsi annoncé pour la fin de cette année 2017. Oui, c’est rapide. C’est pourquoi il ne prendra probablement pas la forme habituelle (pavé !) et pourrait plutôt ressembler à une revue stratégique, une mise à jour où le facteur clé sera l’analyse prospective. Car on le sait maintenant, la décennie 2020 sera marquée par des ruptures que l’on voit déjà poindre…

Ce document devrait enfin nous révéler si la France se dote à l’avenir d’un, ou de deux nouveaux portes-avions. Suivra dès 2018 une nouvelle Loi de Programmation Militaire.

[...]

OPEX : réduire la voilure ? Eviter le surrégime, la casse matérielle et humaine, et le point de non retour. Voilà le grand défi qui attend la nouvelle administration. Même l’augmentation conséquente des budgets ne peut à court terme empêcher ce risque, cette épée de Damoclès qui plane au dessus des forces. Emmanuel Macron a régulièrement regretté durant la campagne que la France ait parfois succombé aux pratiques néoconservatrices avec des interventions évitables, citant la Libye. Il a beaucoup évoqué les stratégies de sortie de crise et ambitionne de revenir vers une politique plus traditionnelle, « gaullo-mittérandienne ». Alors réduire la voilure oui, mais comment ? Pour cela il faudrait une évolution conséquente sur les théâtres, autrement dit une défaite militaire de l’état islamique, et une pacification tangible de la BSS. Si l’on peut compter sur un dénouement à moyen terme au Levant (nous parlons là de la reconquête des territoires irakiens et syriens, pas de la destruction de Daesh), au Sahel toutefois, il faudra pouvoir convaincre nos alliés, européens notamment, d’apporter leur support.

« L’opération Barkhane ne s’arrêtera que le jour où il n’y aura plus de terroristes islamistes dans la région […] Vous êtes nos sentinelles, notre rempart contre les débordements du terrorisme et du fanatisme. » En visite à Gao (Mali), où stationnent environ 1.700 soldats de la force Barkhane, Emmanuel Macron a donné, vendredi 19 mai, non seulement le ton mais aussi la feuille de route pour les militaires qui luttent, notamment, contre le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans. « Je serai pour nos armées un chef exigeant, lucide, toujours présent […] Je ne risquerai pas vos vies pour rien », leur a-t-il assuré, après les avoir passés en revue, les yeux dans les yeux. Les militaires ont, semble-t-il, bien apprécié l’attitude et la posture du chef de l’État, qui ne s’est pas contenté d’une visite éclair mais qui a pris le temps de discuter avec eux, passant une journée complète avec eux sous le soleil brûlant de Gao.

Il faut dire que, depuis son élection, Emmanuel Macron multiplie les signes et les symboles positifs envers la communauté militaire. Il semble même avoir bien pris toute la mesure de son rôle de chef des armées. Le 14 mai, à peine entré dans la cour de l’Élysée pour y être investi, il a passé les troupes en revue d’un pas lent et martial, marquant ainsi une autorité qui avait tant fait défaut ces dernières années.

Sa visite à l’hôpital Percy pour s’entretenir avec les soldats blessés en opérations extérieures, la remontée des Champs-Élysées dans un command-car, son dépôt de gerbe sur la tombe du Soldat inconnu et le ravivage de la flamme ne sont pas passés inaperçus. Le changement de dénomination du ministère de la Défense, devenu ministère des Armées (certaines mauvaises langues disent « désarmé ») est aussi un signe fort qui fleure bon les années 50-60. L’esprit gaullien n’est pas loin.




Comment faut-il interpréter tous ces gestes, ces signes, ces symboles ? Emmanuel Macron n’a pas fait son service national. Cela lui a-t-il manqué ? En a-t-il nourri un regret tel qu’il se plaît aujourd’hui à jouer les chefs de guerre ? Ou bien a-t-il déjà pris pleinement conscience de son rôle de chef des armées, des lourdes responsabilités qui lui incombent ? La réponse tient sans doute des deux.


Une chose est certaine : l’attachement du chef de l’État à la condition militaire se mesurera à l’aune des dépenses budgétaires qui seront effectuées les prochaines années. Porter le budget à au moins 2 % du PIB, dès 2018, serait un premier signe fort, notamment pour réduire le taux d’attrition des matériels, et pour améliorer « le soutien de l’homme », c’est-à-dire les conditions d’exercice des soldats quand ils sont sur le terrain.

C’est à cette première condition qu’Emmanuel Macron pourra commencer à endosser l’uniforme de chef des armées avant de prétendre à celui de chef de guerre.

3000 soldats pour un territoire à surveiller grand comme la moitié de l'Europe, il a intérêt à bien les soutenir, macron.


Le général de Villiers met la pression sur Florence Parly
GUERIN


Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2016
Messages: 543
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 167
Moyenne de points: 0,31
Répondre en citant
Le général Pierre de Villiers, chef d'état-major des armées, atteint par la limite d'âge le 26 juillet prochain, a déjà fait savoir à la nouvelle ministre, Florence Parly, qu'il n'était pas question qu'il puisse être prorogé dans ses fonctions par le gouvernement si le budget 2018 de la défense n'était pas conforme à ses vœux. Dans la perspective d'un bras de fer avec Bercy sur le budget 2018 mais aussi sur le projet de loi de programmation militaire, le chef des armées a déjà tenu le même discours à Emmanuel Macron en menaçant de faire valoir ses droits à la retraite


MACRON un chef de guerre?Non un simple civil sas expérience militaire!
Contenu Sponsorisé


MACRON un chef de guerre?Non un simple civil sas expérience militaire!
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure  
Page 1 sur 1  

  
  
 Répondre au sujet