Vie Politique et Philosophique Index du Forum
Vie Politique et Philosophique
Forum en vue de débattre de l'actualité politique…Échanger les idées et les opinions en toute sérénité, loin du tumulte ambiant.
Répondre au sujet
SANS Résultats rapides macron jouera les traines-savates pendant 5 ans
GUERIN


Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2016
Messages: 631
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 190
Moyenne de points: 0,30
Répondre en citant
PublicitéSupprimer les publicités ?

Platiau / Reuters






POLEMIQUE - La décision n'aura pas attendu la fin de la semaine. Le général Pierre de Villiers, chef d'état-major des armées, a présenté sa démission à Emmanuel Macron ce mercredi matin, a-t-on appris dans un communiqué adressé à l'AFP.



Le général de Villiers y explique qu'il considère "ne plus être en mesure d'assurer la pérennité du modèle d'armée auquel (il) croit pour garantir la protection de la France et des Français, aujourd'hui et demain, et soutenir les ambitions de notre pays". En conséquence, il a "pris ses responsabilités" en présentant sa démission au chef de l'Etat.



En poste depuis février 2014, ce militaire de carrière 61 ans venait d'être prolongé à son poste pour un an, le 30 juin dernier. Le 12 juillet, lors d'une audition parlementaire à huis clos, il avait vertement critiqué les coupes budgétaires de 850 millions prévues pour les armées alors qu'Emmanuel Macron s'était engagé pendant sa campagne à augmenter le budget de la Défense à 2% du PIB. Ces critiques, qui avaient fuité dans la presse, lui avaient valu d'être brutalement et publiquement recadré par le chef de l'Etat à la veille du 14 Juillet.



"Si quelque chose oppose le chef d'état-major des armées au président de la République, le chef d'état-major des armées change", avait prévenu Emmanuel Macron dans les colonnes du Journal du Dimanche, en déclarant dans la foulée que "l'intérêt des armées doit primer sur les intérêts industriels".



Les deux hommes devaient se retrouver ce mercredi matin à 9h pour un conseil restreint de défense et de sécurité, avant un entretien en tête à tête programmé ce vendredi.

Une première sous la Ve République

Si cette démission couvait, elle n'en demeure pas moins une première sous la Ve République. "Aucun chef d'état-major des armées n'a été amené à démissionner", explique au Monde l'historien Philippe Vial, chercheur au service historique de la défense, et ce depuis juillet 1962, date de la création de cette fonction de haut responsable militaire répondant directement au ministère de la Défense et à la présidence de la République.

Cette démission, de par sa rareté mais aussi par les mots employés pour la justifier, sont un nouveau défi adressé à Emmanuel Macron. Depuis sa prise de fonction, le président de la République a multiplié les messages de soutien vis à vis des armées, allant jusqu'à remonter les Champs-Elysées en command-car. Mais confronté à une pénurie budgétaire, il s'est refusé à sanctuariser le budget de la "Grande Muette", au risque de fragiliser les troupes françaises engagées sur quatre fronts.

Dans une tribune publiée vendredi par Le Figaro, Pierre de Villiers avait pourtant appelé à "préserver l'indispensable cohérence entre les menaces, les missions et les moyens" à l'heure où la France est engagée tous azimuts contre le terrorisme, du Sahel (Barkhane) au Moyen-Orient (Chammal) en passant par le territoire national (Sentinelle).

Et dans une "lettre à un jeune engagé", vendredi sur sa page Facebook, il adressait autant de messages subliminaux à l'exécutif : "Parce que tout le monde a ses insuffisances, personne ne mérite d'être aveuglément suivi". La confiance "doit être nourrie jour après jour, pour faire naître l'obéissance active, là où l'adhésion l'emporte sur la contrainte".

Dans son communiqué, Pierre de Villiers réaffirme qu'il n'a cessé de prévenir l'exécutif et ce toute loyauté. "Dans le plus strict respect de la loyauté, qui n'a jamais cessé d'être le fondement de ma relation avec l'autorité politique et la représentation nationale, j'ai estimé qu'il était de mon devoir de leur faire part de mes réserves, à plusieurs reprises, à huis clos, en toute transparence et vérité", indique le militaire.

Faute de confiance, c'est la rupture qui s'est imposée.


Général macron et pas une étoile
GUERIN


Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2016
Messages: 631
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 190
Moyenne de points: 0,30
Répondre en citant
AFP, publié le mercredi 19 juillet 2017 à 11h44


Réactions politiques à la démission du chef d'état-major des armées Pierre de Villiers, en conflit avec le président Emmanuel Macron:

- Gérard Larcher, président LR du Sénat: "Démission de Pierre De Villiers: hommage à un grand soldat qui jusqu'au bout a servi la Nation avec courage et dignité" (tweet)

- Jean-Jacques Urvoas, ancien Garde des Sceaux PS: "de cette démission du CEMA, on pourrait retenir que le chef de l'Etat ne reconnaît pas au Parlement le droit d'être informé" (tweet)

- Florian Philippot, vice-président du Front national : "D'abord un hommage au général Pierre de Villiers qui est un grand soldat. En démissionnant il montre qu'il respecte les institutions. Le président Macron ne s'est pas comporté en chef, il s'est comporté en petit chef" (sur franceinfo)

- Benoît Hamon, ex-candidat PS à l'élection présidentielle: "La démission du Gal Pierre de Villiers après l'annonce des coupes budgétaires pour nos armées est le nouveau chef d'œuvre d'Emmanuel Macron" (tweet)


- Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France : "Le départ du général de Villiers restera comme une tache sur le quinquennat de M. Macron. A cause de lui, nos armées sont clairement en danger" (communiqué)


- Eric Ciotti, député LR des Alpes-Maritimes: "Macron préfère Darmanin au général #deVilliers ! Quelle faute irresponsable ! Hommage au général Courage!" (tweet)

- Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat: "La brèche que vient d'ouvrir Emmanuel Macron est un tournant, celui du déclin de notre armée, celui d'une ambition et d'un rayonnement revus à la baisse pour notre pays" (communiqué)

- Daniel Fasquelle, député LR du Pas-de-Calais: "Je comprends tout à fait la décision du général de Villiers et très franchement, dans cette affaire, le président de la République s'est très mal comporté et n'a pas été à la hauteur de la fonction présidentielle" (sur LCI)

- Eric Coquerel, député LFI de Seine-Saint-Denis: "Je regrette cette démission parce que le général de Villiers est un patriote et un homme d'honneur. On constate une chose, c'est que quelqu'un ne peut pas s'exprimer devant la commission de la Défense à l'Assemblée nationale. Si lui-même ne peut pas défendre sa mission, à ce moment là on n'est plus dans une démocratie" (sur LCI)

- Xavier Bertrand, président LR des Hauts-de-France: "Un grand soldat s'en va, ses vérités sont toujours là (...) Remettre en cause le budget des #armées
, c'est oublier que nous devons protéger ceux qui nous protègent" (tweet)

pol/vm/pad


ce qui restera Macron= «mesquin, indécent, déplacé»
GUERIN


Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2016
Messages: 631
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 190
Moyenne de points: 0,30
Répondre en citant
LE SCAN POLITIQUE - Le porte-parole du gouvernement n'a pas mâché ses mots contre le général Pierre de Villiers, qu'il accuse d'avoir «mis en scène sa démission»

Alors que le chef de l'État, en visite hier sur la base aérienne de dissuasion nucléaire d'Istres, essayait tant bien que mal d'apaiser l'ire des militaires, après la démission du général Pierre de Villiers du poste de chef d'état-major des armées (cema), le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner n'a pas mâché ses mots, dans des déclarations au Figaro.

«Le chef d'état-major a été déloyal dans sa communication, il a mis en scène sa démission», déplore Castaner. Manifestement, la lettre d'adieu du général sur Facebook, ainsi que la teneur de son communiqué de départ, n'ont pas été appréciés. L'exécutif avait demandé au général de patienter en silence pendant deux jours avant de rendre public sa décision, afin de lui trouver un remplaçant. Le nom de François Lecointre a été officialisé le mercredi 19 juillet, en conseil des ministres.

«Le départ de Pierre de Villiers n'a rien à voir avec son audition par la commission de la Défense, le 12 juillet, même si Pierre de Villiers aurait pu s'imaginer que ses propos allaient fuiter, à moins de manquer d'expérience», a confié le porte-parole du gouvernement. Et d'ajouter: «C'est son comportement qui a été inacceptable. On n'a jamais vu un chef d'état-major s'exprimer via un blog, ou faire du off avec des journalistes ou interpeller les candidats pendant la présidentielle, comme cela a été le cas. Il s'est comporté en poète revendicatif. On aurait aimé entendre sa vision stratégique et capacitaire plus que ses commentaires budgétaires». Christophe Castaner évoque également «la confiance réciproque» qui a fait défaut dans la relation entre l'ancien Cema et le président de la République.



De son côté, le PS n'a pas tardé à réagir dans un communiqué: «Visiblement furieux que personne ne soit venu en appui de sa stratégie d'humiliation publique, l'Elysée envoie «son» porte-parole délivrer le fond de la pensée présidentielle. Le «en même tempisme» est peut-être un mode efficace de conquête du pouvoir. Mais il ne se prête clairement pas à son exercice. Décidément, cet épisode n'aura grandi personne.»


SANS Résultats rapides macron jouera les traines-savates pendant 5 ans
Contenu Sponsorisé


SANS Résultats rapides macron jouera les traines-savates pendant 5 ans
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures  
Page 1 sur 1  

  
  
 Répondre au sujet