Vie Politique et Philosophique Index du Forum
Vie Politique et Philosophique
Forum en vue de débattre de l'actualité politique…Échanger les idées et les opinions en toute sérénité, loin du tumulte ambiant.
Répondre au sujet
LA FIN EST CONNUE..reste à fixer la date
GUERIN


Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2016
Messages: 546
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 167
Moyenne de points: 0,31
Répondre en citant
PublicitéSupprimer les publicités ?
Toutes les monnaies se définissent jusqu’au 19ème siècle par rapport à du métal, or ou argent, suivant les ressources de chaque Etat. La mondialisation, le développement de l’argent papier et du crédit permettent de limiter le besoin de métal et même de supprimer l’argent comme étalon.
A partir de 1914, on commence à s’affranchir du système de taux de conversion fixe qui prévalait jusqu’alors et qui assurait une stabilité ,empêchant les États de recourir à la planche à billet. La première guerre mondiale entraine une forte dévaluation des monnaies par rapport à l’or. En 1931, le Royaume-Uni abandonne la convertibilité en or pour pouvoir faire tourner la planche à billets. En avril 1933, Roosevelt promeut un décret qui interdit aux américains de détenir de l’or. En 1944 par les accords de Bretton Woods, le dollar est la seule monnaie encore convertible en or et tout le système monétaire repose sur lui. En 1971, abandon des accords de Bretton Woods, plus de contrepartie et de convertibilité en métal, la seule contrepartie de la monnaie est la dette, le dollar devient la monnaie mondiale, la valeur des monnaies cotées sur le marché des changes les unes par rapport aux autres connaissent d’importantes fluctuations.
C’est le début de fin, les États entrent dans une belle unanimité dans un processus d’endettement et de planche à billet, qui en est la contrepartie, sans fin. Une fuite en avant qui ne peut aboutir qu’à l’implosion du système.
En 1729, Voltaire a écrit : « Une monnaie papier, basée sur la seule confiance dans le gouvernement qui l’imprime, finit toujours par retourner à sa valeur intrinsèque, c’est à dire zéro ». Et Copernic deux siècles avant : « la monnaie se déprécie quand elle devient trop abondante ». Force est de constater que ces auteurs ne font pas partis des livres de chevets des Bernanke, Yellen, Kuroda, Draghi... tant ils ont fait tourner la planche à billets dans des proportions inconnues jusqu’alors.
Beaucoup vous font croire que, notamment en France, seuls les riches seraient touchés par un défaut de paiement. C’est malheureusement faux ; cela toucherait tout le monde car la dette est absoluement partout, dans l’assurance vie (85 % de dettes dont une grande majorité de dettes d’État), le livret A, tous les produits bancaires, la retraite, les salaires des fonctionnaires (budget en déficit avant paiement des intérêts d’emprunts, ce qu’on appelle le déficit primaire).
Considérez que la monnaie est un actif, et que comme les autres actifs il peut valoir zéro, que les banques centrales s’y emploient et quelles vont probablement dès que les besoins s’en feront sentir accélérer le mouvement dans ce sens. Il est naïf de croire que les crises monétaires n’arrivent qu’aux autres, elles arriveront chez nous.
Nous ne connaissons pas le détonateur mais en revanche l’accélérateur qui est la réaction de panique des banques centrales quand la situation leur échappera et que le moyen le plus intuitif pour elle de se sortir de cette situation sera de recourir sans aucune retenue à la planche à billets.
Le réveil alors sera douloureux, menant à la ruine, tous ceux qui auront cru en la bienveillance de leurs gouvernants.


Olivier Delamarche, octobre 2017


LA FIN EST CONNUE..reste à fixer la date
GUERIN


Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2016
Messages: 546
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 167
Moyenne de points: 0,31
Répondre en citant


L’ensemble des dettes accumulées sur la planète par les entreprises, les États et leurs citoyens représente désormais 226.000 milliards de dollars selon l’Institute of International Finance. Plus de trois fois le montant du PIB annuel de l'ensemble des nations de la planète.

Un nouveau sommet est atteint, laissant augurer, peut-être, une longue et douloureuse chute. L’ensemble des dettes accumulées dans le monde représente désormais 226.000 milliards de dollars (192.000 milliards d’euros), selon l’Institute of International Finance.



L’organisation, spécialisée dans le suivi des flux financiers à l’échelle planétaire, estime ainsi que ce montant représente plus de trois fois le PIB mondial annuel.

Un chiffre d’autant plus inquiétant que plusieurs banques centrales -la BCE en premier lieu- s’apprêtent à durcir leur politique monétaire. Ce qui place les pays émergents en première ligne, puisque selon l’étude de IIF, ces derniers devront rembourser ou refinancer quelque 1700 milliards de dollars avant la fin de l’année 2018. Leurs conditions d’accès au crédit pourraient donc être plus difficiles.

La Chine inquiète

La situation de la Chine est également très préoccupante, à en croire l’institution, qui note que la dette globale des entreprises du pays a connu une forte augmentation (+660 milliards de dollars) pour la seule année 2016. Soit une croissance supérieure à celle qu'avait connu les États-Unis… en 2008, juste avant la crise.


Autre motif d’inquiétude: beaucoup d’entreprises ont du mal à faire face à leurs créances. L’étude indique en effet que les ratios de couverture d’intérêt, qui permet de mesure la capacité qu’ont les sociétés à rembourser leurs dettes, se sont dégradés dans plusieurs pays. C'est le le cas notamment en France et en Allemagne mais pas au Royaume-Uni.


msn











Recommandés pour vous


MANIPULATION des banques centrales
GUERIN


Hors ligne

Inscrit le: 23 Juil 2016
Messages: 546
Localisation: LE MANS
Masculin Capricorne (22déc-19jan)
Point(s): 167
Moyenne de points: 0,31
Répondre en citant



« Plutôt que de l’abondance de liquidités, c’est cet excès de la demande sur l’offre qui est la cause directe de la hausse des prix tant recherchée aujourd’hui »

Tribune. La politique monétaire non conventionnelle, dite de « facilité quantitative » (« quantitative easing »), est destinée à stimuler l’activité économique, autrement dit à augmenter la production réelle et le niveau général des prix. Elle s’appuie sur l’idée que l’inflation est un phénomène purement monétaire, résultant avant tout de la monétisation des dettes publiques.

Elle est censée venir en complément de réformes structurelles visant à rendre les marchés plus flexibles et à favoriser l’innovation. Mais l’échec de cette politique nous invite à nous interroger sur les véritables conditions de la croissance et sur la nature de l’inflation.
Illusion
La première raison pour laquelle cette politique est inopérante par elle-même est qu’il n’existe pas, actuellement, de demande de biens et de services qui justifierait une demande de crédit et rendrait opportune l’offre de crédit.

Une seconde raison, sans doute plus importante, est que nombre d’entreprises sont dans l’incapacité d’effectuer des anticipations fiables sur la demande future, et donc de s’engager dans des projets d’investissement à long terme. L’abondance de liquidités ne peut alors qu’alimenter des achats d’actifs financiers existants, au risque de provoquer une nouvelle crise financière, ou encore des investissements en actifs non financiers, mais d’un niveau peu élevé et surtout à horizon de gains très court.

En d’autres termes, la politique de facilité quantitative ne saurait, à elle seule, modifier les anticipations de croissance des entreprises et les pousser à assumer des coûts de construction d’une nouvelle capacité de production qui ne leur assurerait des gains de productivité significatifs qu’à long terme.

Le rebond actuellement observé de la croissance ne doit donc pas faire illusion : il n’est pas le fruit tant attendu de la politique monétaire non conventionnelle. De deux choses l’une, en effet. Ou bien ce rebond est conjoncturel,...

http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/10/25/le-rebond-actuellement-observe-de-la-croissance-ne-doit-pas-faire-illusion_5205796_3232.html#7ag6zrppsbilYMQm.99[url:a263b99407=http://][/url:a263b99407]


LA FIN EST CONNUE..reste à fixer la date
Contenu Sponsorisé


LA FIN EST CONNUE..reste à fixer la date
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure  
Page 1 sur 1  

  
  
 Répondre au sujet